Réforme de l’Islam en France : Quand Macron se réfère à Youssef...

Réforme de l’Islam en France : Quand Macron se réfère à Youssef Seddik !

Par -
Youssef Seddik

La réforme de l’Islam en France figure parmi les projets imminents du président français Emmanuel Macron. Dans entretien accordé ce dimanche 11 février 2018 à JDD.fr, il révèle les premières pistes de sa réflexion sur le sujet.

« Je l’avais fait le 4 janvier dernier lors de mes vœux aux autorités religieuses, en définissant ma vision de la laïcité, qui n’est pas un vide à l’intersection de toutes les croyances que l’État serait chargé d’occuper, en donnant ma vision du travail à effectuer pour organiser l’islam en France, et en expliquant que j’aiderai à ce travail. Je l’ai fait encore jeudi dernier, à Tunis, où j’ai parlé de l’islam assez longuement. » a-t-il dit.

Mais ce qui nous intéresse notamment c’est que le président français, qui était dernièrement en visite d’Etat en Tunisie, affirme avoir consulté plusieurs personnalités, dont le philosophe tunisien Youssef Seddik, pour lancer cette réforme.

« J’ai vu Youssef Seddik, comme d’autres intellectuels et toutes sortes d’acteurs, tels que l’Institut Montaigne, qui ont pris des initiatives sur cette question. Mais c’est durant ce premier semestre 2018 que je souhaite poser les jalons de toute l’organisation de l’islam de France. » a-t-il expliqué, sans donner plus de précision sur cette rencontre avec le penseur tunisien.

Il faut rappeler que suite à ses opinions, explicitées sur une chaîne TV, à propos de divers sujets relatifs notamment la « validité » du Coran, une campagne lancée pendant les derniers jours sur les réseaux sociaux à a visé le penseur et philosophe, Youssef Seddik, accusé tantôt explicitement et tantôt implicitement d’hérésie.

Le président de la République a apporté son soutien au penseur affirmant son attachement aux valeurs de la fraternité entre les Tunisiens. « Tu n’iras nulle part, c’est ton pays et je pense que ton attachement à la Tunisie est plus important que tout » a-t-il dit au penseur en le recevant au palais présidentiel.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo