Nostalgies tunisoises : Cinq regards sur l’avenue de France

Nostalgies tunisoises : Cinq regards sur l’avenue de France

Par -
Une pharmacie, avenue de France | CP : Julien Agrebi / delcampe

Par la magie des photos anciennes, nous pouvons en cinq clichés reconstituer plusieurs perspectives sur l’avenue de France, en plein cœur de Tunis.

Reliant la médina aux grandes artères de la capitale, cette avenue de France est sans doute la première grande avenue du Tunis moderne dont l’édification a commencé au milieu du dix-neuvième siècle.

CP : Julien Agrebi / delcampe

Puis, cette avenue a concentré quelques unes des enseignes mythiques de la ville. Aujourd’hui encore, on y retrouve la galerie Simon, l’opticien Lumbroso, Paparone et la Javanaise et d’autres bonnes adresses du Tunis de toujours.

Dans le temps, cette avenue concentrait beaucoup de libraires à l’instar de Saliba, Tournier, Abdelghani ou Sakati. On y trouvait aussi le fameux café du Maghreb, l’ancienne pharmacie Bloch, les cuirs Bouix et plusieurs commerces de tissus ou de confection.

Avenue de France | CP : Julien Agrebi / delcampe

Dans les parages, les centres culturels allemand, américain et britannique donnaient des couleurs artistiques à cette artère, celle du célèbre Magasin Général et des non moins réputées Arcades.

CP : Julien Agrebi / delcampe

Inépuisable de souvenirs, l’avenue de France continue à assurer sa fonction de lien entre les deux villes siamoises qui composent le Tunis d’antan.

La remonter, sous les ficus, en léchant les vitrines et en convoquant le souvenir nous replonge assurément dans les replis d’une ville plurielle.

CP : Julien Agrebi / delcampe

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo