La Tunisie retirée officiellement de la liste noire des paradis fiscaux

Illustration

Les 28 ministres des Finances de l’Union Européenne ont retiré huit pays, dont la Tunisie, de leur liste noire des paradis fiscaux, lors d’une réunion, ce mardi 23 janvier à Bruxelles, a indiqué une source européenne à l’AFP.

Ces huit pays sont le Panama, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade.

En effet, comme prévu, la Tunisie a été retirée de cette liste qui a provoqué une grande polémique en Tunisie. Les ministres européens des finances se sont réunis ce mardi et ont fait passé cette liste de 17 à 9 pays.

La Tunisie avait présenté des mesures et engagements pour répondre aux préoccupations de l’UE concernant ses régimes fiscaux applicables aux exportations et aux services financiers.

Rappelons-le, le Conseil européen a annoncé sa liste noire de 17 pays, le 5 décembre 2017, après avoir examiné les juridictions relatives à la fiscalité et aux réformes fiscales et exigé trois principaux critères : l’équité fiscale, le respect des normes de transparence et la mise en place de mesures anti-profit recommandées par l’OCDE, et connues sous l’appellation BEPS (Base Erosion and Profit Shifting) ou Erosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices.

Dans un entretien accordé au quotidien La Presse et paru ce mardi 23 janvier, le commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici est revenu sur l’inscription de la Tunisie en tant que paradis fiscal par l’Union Européenne. Le responsable s’est montré clair en se prononçant sur cette question assurant que la Tunisie, « ce pays ami de l’Union », n’a pas sa place dans cette liste noire.

Commentaires:

Commentez...