96% du territoire tunisien est menacé de désertification à l’aube de 2050

C’est ce que annonce une étude publiée jeudi 21 décembre 2017 par l’Institut tunisien d’études stratégiques qui prédit que le pays perdra 50% de ses terres agricoles d’ici 2050.

L ‘étude prévoit de même que 10% des Tunisiens seront menacés d’insécurité alimentaire dans les années à venir et 96% de la superficie du pays est directement ou indirectement menacée par la désertification.

Dans un communiqué publié, Neji Jalloul, directeur de l’Institut, affirme que la Tunisie est menacée de perdre son capital de terres agricoles à cause des changements climatiques, des faibles pluies enregistrées ainsi que de l’utilisation intempestive de pesticides.

Situation de dépendance alimentaire

Il attribue les problèmes de l’agriculture à l’importation des semences étrangères génétiquement modifiées, à l’exode rurale et à la désertification qui menace les terres agricoles.

Neji Jalloul a ajouté par ailleurs que la Tunisie souffre de ressources en eau limitées et d’une diminution annuelle des précipitations de près de 20%. Le pays est en situation de dépendance alimentaire car il importe 40% de ses besoins en céréales. Il a ajouté que le manque d’eau menace les terres de pâturage et prévoit une perte de 80% de la faune.

Néji Jalloul a appelé dans son communiqué à une stratégie nationale qui prend en compte la raréfaction des ressources naturelles, sachant que 80% des réserves d’eaux souterraines sont menacées.

45% des Tunisiens ont une mauvaise hygiène alimentaire

Il a exhorté le gouvernement à mettre en place un plan d’action pour des solutions urgentes de stockage, de distribution et une meilleure gestion des réserves hydrauliques.

Il a par ailleurs dressé un tableau de la situation alimentaire, montrant que 45% des Tunisiens ont une mauvaise hygiène alimentaire et sont menacés d’insécurité alimentaire.

30% des tunisiens souffrent d’anémie, 15% souffrent de diabète et 10% sont obèses. Une situation alarmante qui demande un plan d’intervention gouvernemental selon le directeur de L’ITES.

ADD

Commentaires:

Commentez...