Samir Taieb fustigé pour ses déclarations sur l’huile d’olive

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques, Samir Taieb a provoqué hier une véritable polémique lorsqu’il a évoqué l’huile d’olive et son ancrage dans la culture culinaire des Tunisiens.

« Les Tunisiens ne cuisinent pas avec l’huile d’olive, car leur culture culinaire n’est pas basée sur l’huile d’olive mais sur d’autres huiles, malgré son ancienneté en Tunisie« , a-t-il estimé.

« Alors comment a-t-on préparé la salade mechouia durant toutes ces années, monsieur le ministre ? Comment est-ce que nos grand-mères ont préparé leurs plats avant que l’huile végétale ne fasse partie des produits consommés quotidiennement par les Tunisiens ? », se sont demandés plusieurs internautes.

On a la mosquée Zitouna, l’Université Zitouna, la radio Zitouna…

La déclaration du ministre a, comme à chaque fois, provoqué les meilleures railleries. Les internautes ont vivement critiqué le ministre, lui rappelant que la Tunisie et le deuxième plus gros exportateur d’huile d’olive au monde et que ce n’est pas possible que ce produit ne fasse pas partie des traditions culinaires tunisiennes.

« C’est comme si tu disais aux Français que le beurre ne fait pas partie de leur gastronomie, ou aux Italiens que le fromage, ils ne s’y connaissent pas ! », peut-on lire dans certains commentaires.

Ali Zitouni, Boubaker Zitouni, etc…

« En Tunisie, on a la mosquée Zitouna (olive), l’Université Zitouna, la radio Zitouna… On a la Cité Zayatin, Ali Zitouni, Boubaker Zitouni… mais l’huile d’olive ne fait pas partie de nos traditions culinaires, non », se sont moqués les internautes.

Il faut dire qu’ils ont raison. Comment est-ce qu’un ministre âgé de près de 60 ans, puisse faire une telle déclaration ? L’huile d’olive, tout comme les dattes ou le blé, ont toujours été parmi les produits les plus importants dans, aussi bien l’économie que la culture du Tunisien. Et ce n’est pas la faute à ce dernier si cette huile, malheureusement devenue d’une rareté frappante sur nos tables, est chère.

Et il est également important de rappeler à Monsieur le ministre, tout comme à toute personne qui oublie beaucoup de détails en occupant un poste à responsabilités, que l’ancrage de l’huile d’olive dans la culture tunisienne dépasse même la gastronomie.

On n’a pas de pétrole, mais de l’huile

Elle était et est toujours utilisée comme produit de beauté pour les cheveux, la peau ou encore le bronzage, comme huile de massage en cas de douleurs musculaires et articulaires, ou comme remède aux maux de gorge et toux sèches… et les exemples ne manquent pas.

Donc pour finir, on sait tous que la Tunisie est un pays qui manque de ressources naturelles. Pas de pétrole, pas de gaz naturel, pas de mines de diamant ou d’or. Elle n’est riche que grâce à ses enfants et ses produits typiques, notamment l’huile d’olive !

Commentaires:

Commentez...