Ces Champions qui défient le Temps

Tribune | Par Slim Guerfali , Chroniqueur Sportif Spécialiste du Tennis

Le Roi nous a fait une très belle démonstration aujourd’hui, en déployant tout son registre pour neutraliser son éternel rival, lors de la finale du majeur asiatique de Shanghai.

D’entrée de jeu, Federer est passé à la vitesse supérieure, et à tout de suite mis la pression sur son rival. Comme lors du 2ème point du 1er jeu, où il a débordé son adversaire grâce à un retour de service spectaculaire, avec un revers croisé qui l’a envoyé à 2 mètres hors du court et malgré un superbe coup droit le long de la ligne de Nadal, Federer bien en jambe, renvoya la balle sur la ligne de fond du court, avec un coup droit croisé, suffisamment liftée pour que celle-ci fuse hors de portée du Matador.

Federer et Nadal, deux champions hors normes

En ce début de rencontre, les ténors annonçaient déjà la couleur sans trop rentrer dans les détails, augurant d’une explication au sommet, digne de leur légendaires face à face des années 2000.

Break d’entrée de jeu qui a donné un avantage au maitre, que Rafa n’a jamais réussi à remonter. Aujourd’hui, tout comme lors de leur trois derniers face à face de l’année, Federer a bien justifié son rang de maitre absolu de la balle jaune, en domptant magistralement le leader mondial. Il a mis à profit tout son savoir faire pour « promener » son adversaire aux quatre coins du court, avec des balles longues et des passings croisés ou le long de la ligne, des services gagnants et des aces à la pelle, dont l’un d’eux lui avait permis de clôturer le 1er set et d’assoir définitivement sa domination sur la partie.

Le 2ème et dernier set fut une copie presque parfaite du 1er, le maestro a conforté son avance sur son coéquipier de la Laver Cup, lors du 5eme jeu, lorsqu’il avait réussi à faire le break, marquant sa ferme détermination à égaliser le palmarès de l’actuelle saison de Rafa.

C’est chose faite, puisqu’au 9ème jeu, l’Espagnol abdiquait sur son propre service, offrant son 6eme sacre de l’année à son ainé et maitre absolu du tennis mondial. Le maitre n’a finalement laissé que des miettes à Nadal, puisqu’il n’avait concédé qu’une dizaine de points sur son engagement, réussissant pour l’occasion une dizaine d’aces. Finalement la tactique de « Rodger », qui a préféré limiter ses apparitions afin de mieux préserver sa fraicheur physique, a payé et l’a placé bien au dessus de ses adversaires.

Sur l’année, nos deux super Champions n’ont presque rien laissé pour leurs compères du circuit, ils ont partagé la quasi totalité des titres majeurs mis en jeu (exception faite des 1000 de Rome, Montréal et Cincinnati). Nous enregistrons un léger avantage pour l’helvète sur son rival, puisqu’il a remporté 2 Grands Chelem, 3 Master 1000 et 1 Master 500. Contre 2 Grands Chelem, 2 Master 1000 et 2 Master 500 pour l’Espagnol.

De même, « Rodger » a un extraordinaire ratio du nombre de victoires sur le nombre des finales disputées de 86% (6/7), également un incroyable ratio du nombre de victoires sur le nombre de tournois disputés de 60% (6/10). A titre comparatif, sa victime du jour affiche les ratios respectifs de 60% (4 victoires sur 10 finales) et de 40% (6 victoires sur 15 compétitions disputées).

Ces champions qui défient le temps

Il y a 3 ans, la trentaine largement entamée, d’aucun n’aurait parié sur un retour au sommet du Maestro, qui n’arrivait plus à battre des adversaires du Top 10. Rusé comme il est, il avait opéré un changement extrêmement important dans son management technique, en convainquant Stefan Edberg, qui fut l’un des maîtres absolus du Tennis d’attaque, à en prendre les rênes.

Ce changement s’avéra salutaire, puisqu’il avait permis à Rodger de réapprendre à jouer, en adoptant un tennis d’attaque, qui lui permet d’aller chercher les points au filet et d’écourter ainsi les échanger. Ceci s’apparentait parfaitement à son âge « avancé ». Depuis quelques temps déjà, « Rodger » a réintégré son rang de maître absolu de la discipline et ses derniers exploits en sont témoins.

Après son retour explosif au firmament et ses 11 superbes consécrations de la saison 2013, dont 2 Grands Chelem, une coupe Davis et 5 Master 1000, le matador avait remarquablement régressé lors des saisons suivantes, et a même faillit être éjecté du Top 10 à 2 reprises, une fois au milieu de 2015, lorsqu’il s’était classé 10ème et une seconde fois à la clôture de la saison passée, lorsqu’il avait occupé la 9ème place.

Dès lors, même les spécialistes avaient prédis « la fin » de Nadal, arguant un physique esquinté par une quinzaine d’années d’effort intensif ainsi qu’une sur- médication aux frontières du dopage. Il n’en est rien, puisque 9 mois plus tard, le phénomène Nadal transcende à nouveau et se replace sur le toit du monde, avec un bouquet de sacres digne des grands jours.

Lors des cérémonies de remise des trophées, j’adore les discours de Roger Federer, lorsqu’à plus de 36 ans, il lance au public sans la moindre hésitation « See you next year ». Les Champions de cette trempe, ont non seulement tout donné à ce sport, mais également changé la perception des limites de la performance, liées à l’âge.

Toujours dans le même registre, mais dans un contexte différent, notre Champion Malek Jaziri n’a pas réussi à intégrer le tableau final de cette prestigieuse compétition, éliminé par un Dolgopolov au meilleur de sa forme, qui ne fut stoppé que par le Maestro.

En quête de points pour améliorer son classement et aborder la prochaine saison dans de bonnes conditions, il a immédiatement déposé ses valises en terre Suédoise, pour enchainer avec le Master de Stockholm. Il croisera la raquette le mardi 17 octobre lors du tour inaugural, avec le leader Italien Fabio Fognini, en super forme et bien conforté dans sa position au sein du top 30 mondial (28ème). Un match compliqué pour notre favori, mais tout reste possible.

De son coté, notre Ons Jabeur Nationale entame son repos du guerrier, après avoir réalisé une saison exceptionnelle, en brillant de mille feux à plus d’une reprise, notamment au 2ème tour de Roland Garros, lorsqu’elle avait liquidé la 7ème mondiale, la Slovène Dominica Cibulkova en 2 petits sets. Ces exploits lui ont permis d’avancer de plus d’une centaine de places dans la hiérarchie mondiale, passant de janvier à octobre de la 193ème à la 85ème place mondiale. Un grand bravo pour notre super Championne, que nous attendrons avec impatience pour une place dans le Top 50 lors de la saison 2018.

Commentaires:

Commentez...