Tunisie : Il y a 54 ans, le dernier soldat français quittait Bizerte…

Cérémonie officielle de la commémoration de la fête de l’évacuation | CP : Présidence de la République

Ce jeudi 15 octobre marque les 54 ans de l’indépendance totale de la Tunisie, un moment historique pour toute une nation. En effet, ce que nous célébrons aujourd’hui, c’est le jour où le dernier soldat étranger avait quitté le sol tunisien et la base de Bizerte, l’un des derniers bastions du colonisateur français.

Dans ce cadre, le Président de la République, Béji Caïd Essebsi a présidé, ce dimanche 15 octobre 2017 à Bizerte, la cérémonie officielle à l’occasion de la commémoration du 54e anniversaire de la fête de l’évacuation dans une atmosphère de recueillement à la mémoire des martyrs qui se sont sacrifiés jusqu’à ce que le dernier soldat étranger ait évacué le territoire tunisien.

Au carré des martyrs, le chef de l’Etat a salué le drapeau national au rythme de l’hymne national et passé en revue une formation d’honneur des trois armées avant de déposer une gerbe de fleurs au pied du monument des martyrs et récité la Fatiha à leur mémoire, rapporte l’agence TAP.

La cérémonie s’est déroulée en présence, notamment, du chef du gouvernement, Youssef Chahed, du président de l’assemblée des représentants du peuple, Mohamed Ennaceur et des membres du gouvernement ainsi que des députés de la région de Bizerte à l’ARP et des cadres régionaux.

Des personnalités nationales ainsi que les présidents de plusieurs partis politiques et organisations nationales ont assisté à cette cérémonie marquée, également, par la présence de représentants de la société civile et des citoyens.

La fête de l’évacuation marque le départ, le 15 octobre 1963 des troupes françaises de la base de Bizerte.

Elle est célébrée, chaque année, pour rendre hommage à des centaines de martyrs tunisiens tombés durant la bataille de Bizerte (19-23 juillet 1961), en majorité des civils, qui avait opposé, pendant quatre jours, l’armée française à celle naissante de la Tunisie.

Commentaires:

Commentez...