Tunisie : La version finale du projet de loi de finances au cœur d’un conseil ministériel

Un conseil ministériel se tiendra, mercredi 11 octobre 2017, pour examiner et adopter le projet de loi de finances 2018 dans pour examiner et adopter le projet de loi des finances 2018 dans sa version finale avant qu’il ne soit soumis à l’ARP (avant le 15 octobre comme stipule la constitution), annonce une source du ministère des Finances.

La même source, qui a requis l’anonymat, a déclaré à l’Agence TAP, vendredi 6 octobre, que le projet de LF pour l’exercice 2018 prévoit, dans sa version définitive, plusieurs mesures à caractère social, dont l’intégration de 30.000 artisans au circuit économique en leur permettant de bénéficier de crédits bancaires. La même mesure prévoit également de les exonérer des dettes et crédits auprès de l’Office national de l’artisanat (ONA).

Le projet de LF 2018 prévoit également la mobilisation d’un budget de 60 millions de dinars pour la réhabilitation de tous les services d’urgences dans les hôpitaux et les écoles du pays. Il s’agit aussi de créer un « fonds de garantie des crédits de logement » au profit des catégories aux revenus non stables qui n’ont pas accès aux crédits bancaires, mais les financements qui seront accordés à ce fonds n’ont pas encore été fixés.

Il a souligné que les interventions du fonds pourraient bénéficier à environ 500.000 citoyens dont la majorité de professions libérales et des services. Ces interventions devraient cibler ceux qui exercent légalement et qui paient leurs impôts.

D’après ses dires, parmi les finalités du projet de loi de finances, figure la réduction du taux de chômage (15,3% dans le premier semestre de 2017), et ce à travers le développement du contrat de la dignité, et le traitement des situations de l’emploi précaire dans le pays (ouvriers des chantiers, mécanisme 20 et mécanisme 16….).

Par ailleurs, la même source a dévoilé qu’un mémorandum d’entente sera signé mardi 10 octobre 2017 entre la Fédération nationale des technologies de l’information relevant de l’UTICA et les ministères de la Formation professionnelle et de l’Emploi, de l’Enseignement supérieur, et des Technologies de la communication et de l’Economie numérique pour le lancement d’un projet des talents numériques. L’accord vise à former et financer entre 600 et 1000 jeunes diplômés du secteur des technologies de l’information.

Commentaires:

Commentez...