Une pétition appelle Olivier Poivre d’Arvor à intervenir en faveur de la libération de Nassim Ouadi

Ce jeune homme d’une trentaine d’année est actuellement incarcéré en Tunisie suite à sa condamnation mercredi par le Tribunal de Carthage | Crédit photo : Leila Haouala

Nassim Ouadi a été condamné, mercredi 4 octobre, à 4 mois de prison ferme pour outrage à la pudeur, outrage à un fonctionnaire et refus d’obtempérer. Son amie a écopé de 3 mois de prison ferme.

Cette affaire n’a pas fini de faire couler de l’encre. Après la condamnation du couple, les internautes se sont indignés au point de lancer un appel à l’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, afin d’intervenir pour libérer ce Franco-algérien détenu pour un baiser.

Dans le texte de la pétition, il est précisé que l’ambassade algérienne ne peut rien faire dans cette affaire étant donné que Nassim Ouadi est entré sur le sol tunisien avec son passeport français.

Nassim, 33 ans, se trouvait à Tunis le week-end dernier lorsqu’il a été interpellé par la police en compagnie de son amie, rapporte France 3. Ils sortaient d’un bar du quartier de Gammarth et auraient échangé un baiser dans leur voiture. Leur avocat Ghazi Mrabet a raconté leurs péripéties sur son compte Facebook :

Vices de procédure

[quote_box_center] »Au bout de deux minutes, une voiture de police arrive. Les flics (sic) leur demandent leurs pièces d’identité. Nassim, franco-algérien ne parle pas un mot en arabe. Son passeport est dans sa valise dans le coffre arrière. Les policiers lui crient dessus de suite, l’insultent et le font descendre de force. Il leur remet son passeport.

Ils fouillent ses bagages puis la voiture partout même en dessous des tapis. Ils sont conduits au commissariat de police. Au bout d’une vingtaine de minutes, l’un des policiers vient vers eux pour leur annoncer qu’ils peuvent rentrer chez eux. Nassim se croyant en France: « Vous pensez que ça va s’arrêter là ? Je veux vos noms et vos immatriculations. J’ai l’intention d’en parler à mon ambassade. »[/quote_box_center]

L’avocat insiste sur les nombreux vices de procédure comme le fait que son client « ne parle pas un mot d’arabe » que la présence d’un avocat leur aurait été refusée, tout comme la possibilité d’informer un proche.

Jugé mercredi par le tribunal cantonal de Carthage, Nassim avait été mis en examen entre autres pour « acte sexuel ». Il a finalement écopé de quatre mois et demi de prison ferme pour « atteinte à la pudeur », « refus d’obtempérer », « outrage à un fonctionnaire public » et « atteinte aux bonnes mœurs ». Son amie tunisienne a quand à elle écopé de trois mois fermes pour « atteinte à la pudeur », « refus d’obtempérer » et « état d’ébriété sur la voie publique ».

Crédit photo : Zuheir Kaddachi
Me Mrabet : « Le dossier est vide juridiquemen… »

Me Mrabet annonce qu’il compte faire appel: « Il faudra non seulement les libérer mais également les débouter parce que le dossier est vide juridiquement au-delà des vices de procédures qui pourraient tout annuler.« , a-t-il déclaré.

De nombreux Tunisiens se sont insurgés sur les réseaux sociaux du traitement de la justice et de la police. De quoi encourager Ouassilia Ouadi, la sœur de Nassim a lancer une pétition pour appeler l’ambassadeur de France en Tunisie à intervenir dans l’affaire de son frère. La mère du jeune homme, Leila Haouala, viendra en Tunisie, le 8 octobre, pour apporter son soutien à son fils.

Cette pétition, adressée à Olivier Poivre d’Arvor indique que «Pour l’heure, l’ambassade de France en Tunisie, qui nous le rappelons n’avait pas été informée par les forces de l’ordre de l’incarcération de Nassim, a finalement été mise en relation avec l’avocat par le biais de ses amis et assure ne rien pouvoir faire pour ce dossier».

Commentaires:

Commentez...