Aux origines de l’EST : Le mystérieux Café de l’Espérance

L’Espérance sportive de Tunis fêtera bientôt son centenaire et célébrera avec faste un siècle d’accomplissements sportifs.
Souvent, on se demande d’où peut bien provenir cette appellation du club et le choix du nom « Espérance ». Plusieurs versions existent à ce sujet. Les uns vous parleront de la volonté de nommer l’équipe Raja de Tunis afin de donner une identité arabe à l’équipe.. D’autres, plus nombreux, évoqueront le fait que les premières réunions de ce qui deviendra le premier comité de l’équipe se tenaient dans un café nommé « Café de l’Espérance ».
Cette version est la plus plausible surtout qu’elle a été évoquée par deux des fondateurs de l’ES, à savoir Zouaoui et Ben Osman.
Toutefois, la localisation de ce café qui est dit être sis à Bab Bhar, pose problème. En effet, pourquoi un club dont l’assise se trouvait à Bab Souika viendrait-il organiser ses réunions à Bab Bhar?
Ceci dit, il est fort possible que les choses se soient passées de la sorte car les fondateurs ne travaillaient pas à Bab Souika et auraient pu choisir de se retrouver en d’autres lieux. D’autre part, des contacts avec la ligue de l’époque pouvaient aussi justifier ce lieu de rendez-vous. On peut aussi penser que le propriétaire de ce café ait offert son hospitalité aux futurs fondateurs de l’équipe.
Le mystère persiste et nos lecteurs pourront à leur tour apporter leurs connaissances au moulin de l’Espérance. Reste la localisation précise de ce café qui reste difficile à cerner. Nous y reviendrons.
Notons par ailleurs et le fait mérite d’être relevé que l’Espérance a eu à un moment donné de son histoire, au milieu des années quarante, un local sis à la rue des Maltais (rue Mongi Slim, de nos jours). Ce local se trouvait à l’étage d’un immeuble qui se trouvait entre la rue de l’ancienne poste et la rue Malta Srira.
Enfin, il a existé un autre Café de l’Espérance qui se trouvait en plein cœur de Bab Souika. Ce café se trouvait près de la poste et comprenait dans son équipe trois joueurs de l’Espérance.
En effet, le gardien de but Laroussi Houta y tenait la caisse alors que le virevoltant Abdelaziz Ben Tifour était garçon de salle. Au comptoir, c’était l’arrière gauche Mouldi Nana qui assurait le service. Depuis longtemps disparu, ce café se trouvait aux environs de la porte de Souk Sidi Mahrez, de la pharmacie Daoud et du restaurant Belhadj.
Il portait sur sa devanture l’enseigne Café de l’Espérance. Quant au café des fondateurs, celui qui aurait motivé le nom de l’équipe, il est pour l’instant introuvable. Mais a-t-il jamais existé?

Commentaires: