Bac : Le fournisseur des brouilleurs assure leur conformité aux normes internationales

Les appareils de brouillage installés au niveau des centres d’examen du baccalauréat sont conformes aux normes internationales, a affirmé, hier mardi 20 juin Hatem Boulabiar, président directeur général (PDG) de la société “Get Wireless”, fournisseur de ce produit, lors d’une conférence de presse, organisée pour clarifier la position de la société face aux accusations émises à son encontre par l’organisation “I Watch”.

En effet, cette déclaration vient en réaction au communiqué publié le 14 juin dernier par l’organisation “I Watch” accusant la société “Get Wireless” d’avoir gagné d’une manière “douteuse” l’appel d’offre lancé par le ministère de l’Education pour l’obtention d’appareils de brouillage des signaux. Pour l’organisation, les appareils obtenus ne sont pas conformes aux normes internationales d’où leurs inefficacités et défaillances face aux fraudes via les smartphones lors des examens du bac.

Le responsable de la société a affirmé que la transaction signée avec le ministère de l’éducation en 2015 répond à tous les critères mentionnés dans le cahier de charge du ministère, signalant, à cet égard, qu’un échantillon d’appareils a été testé lors des examens du baccalauréat 2015, rapporte l’agence TAP.

D’un autre côté, Boulabiar a nié la présence de toute forme de favoritisme pour l’obtention de l’appel d’offre, rappelant, à ce propos, que son adhésion au Conseil de la Choura d’Ennahdha s’est faite fin 2016.

Raoudha Bousnina, représentante légale de la société a fait savoir que l’entreprise engagera prochainement des poursuites contre l’organisation “I Watch” pour atteinte à la crédibilité de la société et de son PDG Hatem Boulabiar.

Rappelons que l’organisation I Watch avait dévoilé, ce qu’elle a appelé, une affaire de corruption portant sur les appareils de brouillage acquis par le ministère de l’Education pour limiter les cas de triche.

En effet, on avait expliqué que En effet, que le ministère a conclu l’affaire de l’acquisition de ces appareils avec la société GET WIRELESS/GET SERVICE, dont le propriétaire n’est autre que Hatem Boulabiar, membre du Conseil de la Choura d’Ennahdha, une affaire soupçonnée de corruption, selon l’organisation.

Commentaires:

Commentez...