Tokyo, Mexico, Munich : La saga olympique de Mohamed Gammoudi

Il aura fallu attendre quarante ans, de 1968 à 2008, pour goûter de nouveau à l’or olympique !

En effet, après le grand Gammoudi sur les pistes, il faudra que surgisse un Oussama Mellouli pour qu’une nouvelle consécration soit la nôtre.

Pour toute une génération, Gammoudi a été le héros par excellence. Aujourd’hui, l’enfant de Sidi Aich, non loin de Gafsa, aura bientôt 80 ans mais, je crois que nous ne cesserons jamais de raconter ses hauts faits.

L’aventure olympique de Mohamed Gammoudi a commencé à Tokyo, pour les jeux de 1964. Contre toute attente, le jeune militaire tunisien allait tenir la dragée haute au grand spécialiste du 10.000 mètres, l’immense Ron Clarke que Gammoudi fit douter jusqu’aux dernières foulées.

Grâce à Gammoudi, la Tunisie tenait la première médaille olympique de son histoire, une médaille d’argent qui fit de Gammoudi l’un des favoris des jeux de Mexico en 1968.

A Mexico, s’il ne remportera que le bronze sur 10.000 mètres, Gammoudi allait se distinguer en remportant une extraordinaire course sur 5000 mètres face aux Kényans Temu et Keino.

Gammoudi mènera la course et, au bout du suspense, la remportera, alors que toute la Tunisie était rivée au petit écran pour suivre les exploits de son héros et s’enivrer d’or olympique.

La dernière grande course de Gammoudi se déroulera quatre ans plus tard pour les jeux de Munich, avec un goût amer, lorsque, dans la foulée du géant finlandais Lasse Viren, le champion olympique tunisien chuta et fut contraint à l’abandon sur 10.000 mètres.

Ce jour là, la Tunisie connut une vague de tristesse que la deuxième place sur 5000 mètres ne parviendra pas à atténuer.

Un chemin de légende s’achevait sur cette piste munichoise mais si Gammoudi entra dans la grande histoire à ce moment précis où sa carrière s’achevait, il conquit aussi une stature qui fait de lui un repère inébanlable, un héros tunisien, une figure à laquelle la Tunisie peut se raccrocher en ces temps de disette et de doute.

Car comment perdre de vue cet athlète à la frêle silhouette, dodelinant de la tête et mettant au pas le gotha mondial de l’athlétisme ?

Après les exploits de Gammoudi, rien ne devait être comme avant… Avec lui, les Tunisiens ont connu la fierté, la dignité nationale d’un petit peuple irréductible dans sa volonté d’indépendance face aux mastodontes de la région.

Plus que jamais en ces temps hésitants, Gammoudi est le symbole par excellence d’une Tunisie tenace et résolue, d’une Tunisie que personne n’attend mais qui a toujours su trouver les bonnes solutions pour être dans le monde.

Commentaires:

Commentez...