Pour Hizb Ettahrir, il est temps « d’enterrer » la démocratie

Abderraouf Amri. Crédit photo : AFP.

Les déclarations contre toute forme légale et constitutionnelle de l’Etat ont, comme d’habitude, été au rendez-vous lors du congrès annuel organisé par le parti radical Hizb Ettarir.

Le président du bureau politique de ce dernier, Abderraouf Amri, a déclaré hier, samedi 15 avril 2017, que la démocratie n’attire désormais plus personne. « Il est temps d’annoncer sa mort et de travailler à son enterrement », a-t-il déclaré.

Le parti islamiste a dénoncé, lors de ce congrès, « des tentatives pour interdire et entraver » ses activités.

Dans une déclaration accordée à l’AFP, le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l’homme, Mehdi Ben Gharbia, a indiqué avoir déposé il y a deux semaines « une demande de suspension d’un mois des activités du Hizb Ettahrir » à cause de « déclarations de membres de ce mouvement portant atteinte au régime républicain de la Tunisie ».

Rappelons qu’en janvier, une pétition avait été signée par plusieurs personnalités nationales, universitaires, composantes de la société civile et syndicalistes appelant à l’interdiction de « Hizb Ettahrir », un parti qui selon eux, est contraire à la Constitution de la Tunisie et aux valeurs de la démocratie.

DA

Commentaires:

Commentez...