Tunisie : Les imams réclament la fermeture des discothèques et l’interdiction de la vente d’alcool

Photo d’illustration

Le président du Conseil des syndicats nationaux des imams et des cadres des mosquées, Chihebeddine Telliche, a réclamé, ce jeudi 6 avril 2017, la fermeture de toutes les boites de nuit et des points de vente de boissons alcoolisées du pays.

« Cette revendication s’inscrit dans le droit du respect des dispositions de la Constitution ainsi que des lois et de la religion du pays », a-t-il dit lors d’une conférence de presse dont les propos ont été rapportés par l’agence TAP.

Des propos en relation avec l’affaire de l’appel à la prière mixé en discothèque et dans laquelle le DJ britannique Dax J a été condamné à un an de prison par contumace.

D’autre part, cet appel à interdire la vente d’alcool n’est pas la première. Depuis quelques jours, des imams se relayent pour exprimer haut et fort leur opposition à la vente d’alcool. A El Jem, Msaken et , la vente d’alcool est devenue le prétexte des imams pour revenir sur le devant de la scène.

A El Jem, manifestations et affrontements se sont succédés suite à la réouverture d’un point de vente de boissons alcoolisées ; à Msaken l’imam Bechir Ben Hassen s’est chargé, il y a quelques jours, de la « propagande » anti-alcool ; à Sfax, un autre imam radical, lui a emboité le pas. Il s’agit du très controversé Ridha Jaouadi.

Dans ce contexte, Telliche a donc invoqué, aujourd’hui, l’urgence d’une intervention de l’Etat pour protéger les lieux sacrés, étouffer les germes de la discorde et empêcher de froisser les sentiments des musulmans tunisiens, particulièrement parmi les jeunes.

Il a également appelé les partis politiques, les personnalités nationales, la classe culturelle et les composantes de la société civile à respecter l’identité arabo-musulmane de la Tunisie et à ne pas heurter les sentiments des Tunisiens musulmans.

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...