« Appel à la prière » mixé en boîte : Le patron d’El Guitoune, l’organisateur et le DJ, poursuivis en justice

Photo d’illustration

L’affaire de l’appel à la prière mixé en discothèque, le 31 mars, est désormais l’apanage de la justice. Après la décision du gouverneur de Nabeul, Mnaouar Ouertani, de fermer la discothèque El Guitoune à Hammamet où le mix a été diffusé, trois personnes sont poursuivies.

Il y a d’abord le DJ britannique Dax J, auteur du mix en question. Ce dernier, qui a quitté la Tunisie au lendemain de l’incident, a présenté ses excuses auprès des Tunisiens précisant n’avoir pas eu l’intention ni d’offenser ni de provoquer quiconque, mais pour la justice il est désormais en « état de fuite ».

Le patron d’El Guitoune a été, quant à lui « entendu par le parquet et un mandat de dépôt a été émis à son encontre », a déclaréé le porte-parole du parquet de Grombalia, Elyes Miladi à l’AFP.

Une troisième personne, l’organisateur, a été également déférée devant le tribunal de Hammamet pour « outrage public à la pudeur », « outrage aux bonnes moeurs et à la morale publique » selon les articles 226 et 226 bis du Code pénal, a précisé M. Miladi. Ces articles prévoient des peines pouvant aller jusqu’à six mois de prison ferme.

Rappelons que la diffusion d’une vidéo prise dans la boite de nuit a suscité beaucoup de réactions parmi les internautes, dont la majorité se sont indignés ce qui a poussé le gouverneur à ouvrir une enquête. Les autorités ont décidé, dès lundi 3 avril de fermer la boîte de nuit.

Organisatrice de l’évènement qui s’est tenu de vendredi soir à dimanche matin, l’équipe d’Orbit Festival a de son côté « décliné toute responsabilité » et « présenté (ses) excuses », dans un message publié sur sa page officielle Facebook.

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...