Qu’en pense la FIFA ? La FTF et Wadii Jary rappelés à l’ordre par Youssef Chahed

Youssef Chahed rappelle la FTF à l’ordre | 30-03-2017

Hier, jeudi 30 mars, le chef du gouvernement, Youssef Chahed décide de convoquer le ministre de l’Intérieur, Hedi Majdoub, la ministre des Affaires de la jeunesse et du sport, Majdouline Cherni et le président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF), Wadii Jary.

Cette réunion a notamment tourné autour des événements qui ont émaillé la fin du match entre l’US Tataouine et le CA Bizertin à Tataouine, mercredi dernier. En marge de ce match, les supporters du CAB se sont regroupés au niveau du pont mobile de Bizerte et l’ont bloqué, manifestant contre l’agression de l’entraîneur cabiste, Lassaad Dridi.

Des manifestations qui interviennent suite aux évènements survenus plus tôt dans la journée à Tataouine, où l’entraineur du club bizertin a été agressé lors d’un match comptant pour le championnat tunisien. Hier, Bizerte a également été le théâtre d’une nuit d’affrontements entre quelques supporters du CAB et les forces de sécurité

Face à ce regain de violence, Youssef Chahed a décidé d’intervenir en brandissant la menace du huis clos en cas de poursuite des actes de violences dans les stades et en dehors. Et si Youssef Chahed a décidé de réagir c’est pour placer la FTF devant ses responsabilités, elle qui réagit le plus souvent avec mollesse et passivité face à de tels événements.

Youssef Chahed veut instaurer la tolérance zéro à l’heure où la FTF de Wadii Jary semble ne pas prêter attention aux débordements. Pour le chef du Gouvernement, Wadii Jary doit prendre ses responsabilités face aux dérives et dérapages dans les stades et il vient de lui faire savoir d’une manière abrupte.

Une commission chargée d’enquêter sur les derniers dérapages enregistrés au cours des dernières semaines mais aussi sur les soupçons de corruption relevés par certains clubs va être lancée. Cette commission sera-t-elle pilotée par l’Etat ou la FTF ? Là est le dilemme !

Un dilemme qui va sûrement piquer la curiosité de la FIFA, elle qui interdit toute ingérence du pouvoir politique dans le football.

Commentaires: