Reporters sans frontières s’inquiète de l’état de la liberté de presse en...

Reporters sans frontières s’inquiète de l’état de la liberté de presse en Tunisie

Par -
Reporters sans frontières – RSF

Dans une lettre ouverte adressée au Chef du gouvernement Youssef Chahed, Reporters sans frontières (RSF) a exprimé son inquiétude quant à la dégradation de la liberté de la presse en Tunisie, durant ces derniers mois.

L’ONG a évoqué la difficulté à laquelle font face les journalistes à obtenir des informations auprès des administrations et ministères, les poursuites engagées par le procureur auprès du tribunal militaire, contre certains confrères et la situation des correspondants permanents de médias étrangers.

RSF demande au gouvernement tunisien de :

1. Cesser de poursuivre les journalistes sur la base du code de justice militaire, du code pénal ou de toute autre loi autre que le décret-loi n°115-2011 relatif à la liberté de la presse dans les cas d’infractions commises par voie de presse ;

2. Transférer dans les plus brefs délais Mohamed Hadj Mansour devant une juridiction civile ;

3. Cesser de recourir à des circulaires et notes blacklistant des médias et restreignant le droit d’informer ;

4. Respecter le droit d’accès à l’information des journalistes et faciliter leur travail et dans ce cadre mettre en place dans les plus brefs délais l’Instance d’accès à l’information ;

5. Permettre aux correspondants de médias étrangers accrédités d’effectuer leur travail librement ;

6. Rendre public la stratégie et les délais fixés par le ministère des Affaires étrangères pour faire la lumière sur l’affaire de la disparition de Sofiane Chourabi et Nadhir Guetari ;

7. Créer de manière urgente une commission d’enquête mixte sur la disparition des deux journalistes tunisiens en Libye, composée de membres du gouvernement et d’ONG.

DA

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo