Lamia Zribi : « Le FMI n’impose pas ses choix à l’Etat tunisien »

Lamia Zribi : « Le FMI n’impose pas ses choix à l’Etat tunisien »

Par -
Lamia Zribi, ministre des Finances (photo - L'economiste Maghrébin)
Lamia Zribi, ministre des Finances

La ministre des Finances, Lamia Zribi, a affirmé, ce mardi 28 février 2017, que ce n’est pas le Fond Monétaire International (FMI) qui tient les rênes de la Tunisie. Ce n’est pas lui qui est venu imposer à l’Etat tunisien ses lois. C’est plutôt la Tunisie, dont le bilan économique et financier donne froid dans le dos, qui a cherché le soutien du FMI.

Sur les ondes d’Express Fm, Lamia Zribi a expliqué que le recours à l’organisation internationale financière et le fait qu’elle ait accepté de venir en aide à la Tunisie permet aux investisseurs et aux autres bailleurs de fonds de regagner une certaine confiance.

Quant à la privatisation des banques publiques, la ministre des Finances a affirmé qu’aucune décision n’a encore été prise à ce sujet.

« Il y des divergences de points de vue quant à la question de cession de parts, mais le gouvernement tentera d’aplanir ces divergences dans les jours à venir », a-t-elle précisé à Express Fm.

A noter que, dimanche dernier, Lamia Zribi avait déclaré que le FMI comptait débloquer à la Tunisie 700 millions de dollars correspondant aux deuxième et troisième tranches et que ce déblocage pourrait avoir lieu à la fin du mois de mars 2017.

Lire aussi:

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo