Nostalgique, un Américain retourne en Tunisie pour retrouver la famille qu’il avait connue il y a 20 ans

Crédit photo : Hudson Valley One.
Crédit photo : Hudson Valley One.

Il y a vingt-deux ans, en travaillant avec le Corps de la Paix américain (Peace Corps), Sean Bigler a construit une maison en Tunisie pour une famille sans-abri.

Cet hiver, et après toutes ces années, il a retourné en Afrique du Nord pour voir la maison, la famille, et un homme remarquable qu’il avait connu, aidé à apprendre l’arabe et accueilli dans sa maison : Khaled Amami.

Il y a quelques mois, Sean a appris que le fils de Khaled, n’est autre que l’activiste Azyz Amami.

Séjour en Tunisie

En 1993, Sean, 24 ans, et Khaled, 42 ans, se sont rencontrés dans un bureau de poste à El Mourouj. L’Américain parlait à peine l’arabe et c’est là que Khaled est intervenu pour l’aider, indique Hudson Valley One.

Sean a passé deux ou trois jours par semaine chez Khaled, a mangé chez lui et rencontré Fatma et leurs trois enfants, Azza, Azyz, et Aziza.

Durant son séjour en Tunisie, Sean a également construit une maison et contacté le gouverneur de la région afin de trouver une famille sans-abri pour y vivre.

Développant une grande relation d’amitié, Khaled et Sean ont pu s’entendre, et discuter de sujets allants de la philosophie jusqu’à la microbiologie. Mais trois jours avant son départ, les deux jeunes hommes ont eu une dispute et ils se sont séparés sans réconciliation.

Retrouvailles

Un jour, lorsque Sean et sa femme, Bonnie Lykes étaient assis dans un café à Woodstock, leur chien est allé près d’une petite fille. En l’appelant par son nom, « Habib », la mère de la jeune fille leur a demandé l’origine du nom du chien. Cette femme était la chanteuse Emel Mathlouthi.

Cette dernière, connaissant Azyz Amami, l’a contacté pour lui annoncer que l’ami de son père se souvient encore de lui et serait ravi de le revoir.

En décembre Sean et son épouse ont décidé de revenir en Tunisie, de rencontrer Khaled Amami et sa famille, et de revisiter la maison qu’il avait bâtie, il y a plus de 20 ans.

Après deux semaines passées en Tunisie, Sean est finalement rentré aux Etats-Unis. « Je suis heureux et reconnaissant de vivre ici avec tant d’espace. Mais je sens aussi une envie de revenir en arrière », a-t-il conclu.

I.B.

Commentaires:

Commentez...