Tunisie : Vers le « licenciement volontaire » de 50.000 fonctionnaires

administration

Le ministre de la Fonction publique, Abid Briki, a indiqué que la Tunisie prévoit un programme de « licenciements volontaires » pour plus de 50.000 employés du secteur public, à partir de cette année, dans le but de réduire les dépenses publiques.

« Notre objectif est de réduire le volume des salaires élevés grâce au départ volontaire de plus de 50.000 employés de la fonction publique. Ce sera très important pour le budget de la Tunisie », a déclaré Briki dans une interview accordée à Reuters.

Le gouvernement accordera aux employés licenciés deux années de salaire et les aidera à obtenir des prêts bancaires pour des projets du secteur privé, a-t-il ajouté.

Le ministre a ajouté que cette réforme ne peut pas être retardée, et que les prêteurs internationaux soutiennent cette stratégie.

« Le fardeau des coûts dans le secteur public avec 650.000 employés est devenu une menace majeure pour le budget de l’Etat. Cela doit cesser immédiatement, ces coûts devraient aller aux projets de développement », a jugé Briki.

L’ancien ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, Kamel Ayadi, avait annoncé en août dernier que le nombre des fonctionnaires dans le secteur public devait atteindre les 650.000 à la fin de 2016.

La ministre des Finances Lamia Zribi a fait savoir que la Tunisie aura besoin de 3,7 milliards de dollars de prêts étrangers en 2017 pour couvrir son déficit budgétaire.

Notons qu’à 13,5%u PIB, la masse salariale de la Tunisie dans le secteur public est l’une des plus élevées au monde.

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...