« La marche des femmes » en réponse à l’investiture de Donald Trump

16176054_10208490752771158_2046403940_nC’est la soixantenaire Teresa Shook, grand-mère de quatre petits-enfants, qui est à l’origine de la marche des femmes, ce samedi 21 janvier 2017, dans plusieurs capitales du monde.

Cette marche emblématique vient en réponse à la célébration d’investiture de Donald Trump qui s’est tenue hier à Washington.

Si elle a rassemblé des centaines de milliers de personnes aussi différentes et variées qu’elles soient, cette marche s’appelle bien « la marche des femmes », car elle était de couleur féministe par excellence.

Preuve en est, les milliers de bonnets roses tricotés à la main spécialement pour l’occasion. Ces fameux bonnets aux oreilles de minou, ou les « Pussyhats » pour s’en tenir à l’appellation américaine, sont en réalité portés en réponses aux propos vulgaires de Donald Trump enregistrés en 2005 dans une vidéo qui a fait le tour du monde.

Cette vidéo est alors remontée à la surface pendant sa campagne électorale pour dévoiler sa vision, pour le moins, réductrice de la femme.

« Les femmes, tu peux les attraper par le sexe, elles te laissent faire ». C’est en fait cette phrase que la soixantenaire Teresa Shook avait en tête lorsqu’elle a appris, le 20 novembre 2016, que Donald Trump avait officiellement remporté les élections présidentielles.

Ce soir-là, elle a alors créé un évènement facebook appelant à une manifestation des femmes avant d’aller au lit. Le lendemain, et contre toute attente, elle a croulé sous les innombrables commentaires et réactions positives, et surtout l’alignement de milliers d’activistes à sa cause.

Si les manifestants étaient aujourd’hui si nombreux, c’est que ces activistes ont pris le relais pour organiser cette marche magnifique que l’on a regardée aujourd’hui émerveillement dans tous les coins du globe.

AA

16237611_10208490754971213_1155072780_n

Commentaires:

Commentez...