Peugeot pourrait s’implanter en Tunisie, selon l’Ambassadeur de France

peugeot

Lors d’une visite effectuée ce mardi 27 décembre 2016 à Médenine, l’Ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor a réitéré le soutien de son pays à la Tunisie dans sa transition démocratique et relance économique.

Dans une déclaration accordée à Jawhara fm, l’ambassadeur a annoncé que des projets d’industrie automobile pourraient voir le jour dans le gouvernorat de Médenine qui représente, selon lui, une « région extrêmement prometteuse ».

L’implantation du constructeur automobile français PSA Peugeot dans cette région est en cours d’étude, a ajouté Poivre d’Arvor.

Des projets touristiques et d’infrastucture de l’autoroute reliant Médenine à Gabès et des projets dans les chemins de fer seront installés.

Décentralisation

Olivier Poivre d’Arvor avait déjà évoqué le concept de la décentralisation en novembre dernier. « On devrait accompagner le mouvement de décentralisation qui va avoir lieu en Tunisie », a-t-il lancé.

Cette réforme de l’Etat et de son administration à travers une décentralisation constitue un des trois nouveaux axes de l’AFD en Tunisie, pays avec lequel elle a les plus gros engagements. Un deuxième axe concernera la vie durable, les changements climatiques et le transport urbain. Un troisième axe visera le capital humain, l’emploi, la formation et la jeunesse.

« Cette démocratie, c’est un terrain formidable pour investir »

L’Ambassadeur de France en Tunisie n’a pas manqué de souligner l’optimisme de la France dans le constat : « Nous sommes très optimistes… Ce n’était pas le cas il y a un an. Aujourd’hui, tout ça peut paraître timide, mais ça va venir », a-t-il déclaré, refusant, au passage, la notion de Plan Marshall appliqué à la Tunisie et estimant que « la démocratie en Tunisie, est un terrain formidable pour investir » à condition de créer un environnement d’affaires.

Cela passe obligatoirement par une stabilité politique relative, une stabilité sécuritaire ainsi que la lutte contre la corruption et le marché informel.

Commentaires: