Les médias allemands passent au crible la vie privée d’Anis Amri (vidéo)

anis-amri

Le Tunisien Anis Amri, principal suspect de l’attaque au camion-bélier de Berlin, est toujours activement recherché en Allemagne et en Europe. Une rançon de 100.000 euros a été promise à toute personne qui possède une information pouvant conduire à son arrestation, ou même localisation.

La Tunisie blâmée

La Tunisie a été blâmée pour avoir refusé l’expulsion sur son territoire d’Anis Amri. Le ministre de l’Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie Ralf Jäger l’a accusée d’avoir retardé l’expulsion d’Amri, « disputant pour longtemps » le fait qu’il soit l’un de ses ressortissants.

« En juin 2016 sa demande d’asile a été refusée par l’Office fédéral pour la migration et les réfugiés (…) l’homme n’a pas pu être expulsé car il n’avait pas de document d’identité en règle.La procédure d’établissement d’un document tenant lieu de passeport tunisien a été engagée depuis le mois d’août, mais a pris beaucoup de temps », a-t-il expliqué.

Les autorités allemandes critiquées

Une polémique a actuellement lieu en Allemagne. Les autorités sont accusées d’avoir « permis au suspect tunisien d’échapper à la police », alors qu’il était connu comme islamiste dangereux. Aussi, la politique d’Angela Merkel par rapport à l’accueil des réfugiés n’a jamais été aussi critiquée par les médias.

Le quotidien Bild a publié une vidéo d’Anis Amri, qui date de près de deux mois. On y voit le jeune tunisien faisant le touriste à Berlin.

Lire aussi :

Commentaires: