On la dit fille de Sidi Bou said : La noce engloutie...

On la dit fille de Sidi Bou said : La noce engloutie de Lella Salha

Par -
carthage-douar-chott
Carthage – Douar Chatt

A Carthage, non loin du musée océanographique, à proximité des vieux ports puniques, se trouve le sanctuaire de Lella Salha.

Une surprenante légende entoure les lieux…

Cette simple demeure surmontée d’une coupole remonterait au treizième siècle et la dernière rénovation connue par ces lieux date de cinq ans seulement.

Selon la légende, la fille de Sidi Bou Said, Lella Salha y serait ensevelie et les fidèles se pressent autour de sa tombe tous les lundis et vendredis.

Lieu de l’islam populaire et de la vénération des marabouts, le sanctuaire de Lella Salha a une histoire des plus surprenantes.

La procession ensevelie sous terre

Ainsi raconte-t-on que son père ayant voulu la marier contre son gré à Sidi Bou Yahia (dont le sanctuaire se trouve à Radès), Salha ne put qu’obtempérer.

Seulement, alors que la noce de Lella Salha se dirigeait en procession vers Radès, elle sera englouti par la terre qui s’ouvrit sous ses pieds.

Salha apparait en rêve…

Malgré de longues recherches qui durèrent toute la journée, il fut impossible de retrouver la trace du convoi. Même des soldats appelés à la rescousse ne purent retrouver la noce engloutie.
Le lendemain, alors que les travaux allaient reprendre, la mer à son tour recouvrit les lieux et chacun ne put que déplorer le destin tragique de Salha.

Beaucoup plus tard, elle apparut en rêve à son père et lui demanda de revenir sur les lieux de l’engloutissement et de creuser là où il verrait une queue de chameau.

C’est là qu’il lui faudrait bâtir un mausolée à la mémoire de sa fille perdue. Cela fut donc fait et c’est depuis qu’a été érigée la coupole de Lella Salha.

L’eau miraculeuse du puits d’eau douce

De nos jours encore, nombreux sont celles et ceux qui viennent y puiser l’eau douce d’un puits entouré de tous côtés par la mer.

Cette eau jugée miraculeuse est l’un des nombreux gages de sainteté de Lella Salha, fille de Sidi Bou Said et figure maraboutique de Carthage, aux côtés de Sidi Boughalba ou Sidi Abdelaziz.

Telle est la légende qui entoure d’une aura de mystère ce sanctuaire qui, sur les vieilles cartes postales du début du siècle, apparait isolé, alors que de nos jours, il est entouré de nombreux édifices…

HB

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo