Tunisie : Absence de vision globale et inconséquences

administrationL’absence de vision globale de la politique économique et financière de l’Etat engendre des décisions qui prennent l’allure de mesures en contradiction avec les objectifs initiaux ou tracés par les gouvernants eux-mêmes !

Tous les citoyens ont compris que la loi de finances 2017 prévoit dans son ensemble l’adoption d’un budget d’austérité. Des mesures comme le report des majorations salariales dans la fonction publique est un exemple frappant de cette volonté de limiter les dépenses budgétaires de fonctionnement de l’administration publique.

Or, on est surpris parfois par des décisions aussi improvisées qu’elles sont très mal réfléchies dans la mesure où elles dénotent de l’absence d’un esprit synthétique au sein du gouvernement qui parvienne à saisir l’ensemble du « programme » dans sa globalité.

La dernière annonce du ministre de la fonction publique et de la gouvernance, Abid Briki, de la réouverture de certaines administrations et services publics le samedi peut être considérée comme positive dans la mesure où les citoyens la revendiquaient depuis longtemps.

Il a aussi précisé que cette mesure n’annulait pas l’horaire administratif consacré sous la Troïka avec l’organisation du travail au sein des administrations publiques durant cinq jours avec deux jours de congé, le samedi et le dimanche.

Le ministre a enfin ajouté que les agents qui vont travailler le samedi bénéficieront d’avantages soit en termes financiers avec des primes d’heures supplémentaires, soit en termes de compensation avec l’attribution de jours de repos.

Si cette deuxième hypothèse est logique, la première nous semble inconséquente avec la volonté des pouvoirs publics de contenir le budget de fonctionnement de l’administration publique.

Accorder des primes sous forme d’heures supplémentaires, et quoique limitées, constituent quand même des charges financières additionnelles. Ces charges ont-elles été prévues par le budget 2017 ?

Est-ce que l’Etat a les moyens de payer des heures supplémentaires pour des centaines d’agents publics d’autant plus qu’en parcourant la liste des services publics concernés, on note qu’ils sont quand même nombreux (STEG, SONEDE, TELECOM, POSTE, CNRPS, CNSS, RECETTES DES FINANCES).

Deux remarques doivent être formulées : d’abord, certains de ces services publics ouvraient déjà leurs portes le samedi bien avant cette annonce (STEG, SONEDE, TUNISIE TELECOM) pour percevoir leurs redevances ; ensuite, il aurait été beaucoup plus logique, pour demeurer en symbiose avec la « philosophie d’austérité » prônée par le gouvernement, d’éviter le paiement de primes et ces heures supplémentaires en invitant les responsables de ces structures à mettre en place une forme de rotation entre les agents de façon à organiser ce travail du samedi…

Cela aurait été plus cohérent avec les mesures de la loi de finances 2017 que tout le monde semble rejeter aujourd’hui…

LL

Commentaires:

Commentez...