Au deuxième siècle, la plus ancienne mosaïque romaine de Carthage…

aurigeLa plus ancienne mosaïque romaine de Carthage date de la période des Antonins. Elle a été découverte dans une maison de la fin du deuxième siècle. Cette maison patricienne se trouvait non loin de l’ancien amphithéâtre de Carthage.

Une mystérieuse œuvre du deuxième siècle

Cette mosaïque dont nous ne disposons pas de photographies est considérée par Gilbert-Charles Picard, professeur émérite, comme la plus ancienne de Carthage. Il est à noter que, selon le même savant, la plus ancienne mosaïque romaine d’Afrique du nord a été retrouvée à Cirta, l’actuelle Constantine, en Algérie.

Cette mosaïque avait de nombreux motifs géométriques comme des carrés, des fuseaux ou des médaillons. Ces derniers contenaient aussi bien des personnages que des motifs végétaux.

Un Ben Hur carthaginois

Le motif central de cette mosaïque représente un aurige sur son char. Les auriges étaient des conducteurs de chars de course, des cochers qui étaient fréquemment représentés dans les mosaïques.

En effet, ces auriges étaient représentés sur leurs chars ou bien en parade pour des tours d’honneur après une victoire aux jeux de cirque.

Auriges triomphants et public abstrait

Les auriges triomphants étaient en effet un motif usité de la mosaïque. Tout comme le cirque, d’ailleurs. Une extraordinaire mosaïque retrouvée à Gafsa représente ainsi un cirque et son public, avec des visages d’une grande gravité et un style surprenant.

Cette mosaïque de Gafsa date du sixième siècle et se trouve au musée du Bardo, comme de nombreuses représentations d’auriges, de jeux et de spectacles.

Scorpionus dans son domaine

En ce qui concerne la mosaique qui nous intéresse, elle porte l’inscription: « Scorpionus in adamatu » (Scorpionus dans son domaine favori).

Selon Picard, Scorpionus est un nom dérivé de Scorpus qui fut un aurige romain des plus adulés dans la seconde moitié du deuxième siècle.

H.B.

Commentaires: