Raja Farhat : Anticipateur, c’est lui le premier à avoir ressuscité et incarné Bourguiba sur scène !

Tounes Zmen

Homme de théâtre et animateur culturel de premier plan, Raja Farhat est un vieux routier du quatrième art, depuis les années maintenant lointaines où il fondait avec Fadhel Jaibi et Fadhel Jaziri le Théâtre du Sud à Gafsa.

Depuis, Raja Farhat a dirigé maisons de culture et festivals, créé et compilé, vécu pleinement sa passion pour la culture et, surtout, eu l’audace, ces dernières années, de reprendre le cheminement bourguibien et le théâtraliser.

Aux origines de la Bourguibamania

Alors que la Bourguibamania continue à s’emparer de la Tunisie, Farhat aura eu le mérite d’anticiper, en artiste organique et visionnaire, cette nouvelle vague de ferveur pour le fondateur de la Première République.

Il aura en effet surpris tout le monde en campant le Combattant suprême sur une scène alors que les méfaits de la Troika taraudaient la Tunisie.

La renaissance symbolique du père tutélaire

Cette renaissance symbolique de Bourguiba, par la vertu du théâtre dont ce leader connaissait la puissance d’évocation, aura précédé le retour fulgurant de l’image bourguibienne comme celle du père tutélaire d’une nation tunisienne fondée et centrée sur les valeurs de la modernité.

A la fois sobre et spectaculaire, Raja Farhat a créé en scène un Bourguiba attachant et ainsi réveillé les mémoires ou révélé la profondeur du personnage aux nouvelles générations.

Un récit historique de la nation tunisienne

Son spectacle a sillonné plusieurs villes tunisiennes puis débouché sur d’autres créations abordant d’autres étapes de la vie du leader historique de la Tunisie indépendante.

Continuant son chemin d’artiste et ancrant son nouveau répertoire dans l’histoire de la Tunisie, Raja Farhat vient en ce sens de créer « Tounes Zmen », un récit historique de la nation tunisienne.

Un pied-de-nez à la Troika

Cette nouvelle œuvre sera présentée ce soir, mardi 17 mai à 20h sur les planches du Zéphyr à La Marsa.

A découvrir, ne serait-ce que pour saluer le culot de celui qui aura osé incarner Bourguiba tout en l’opposant aux projets intégristes et sectaires de la Troika de sinistre mémoire.

H.B.

Commentaires: