Bras de fer entre le ministre de la Santé et l’association SOS...

Bras de fer entre le ministre de la Santé et l’association SOS hépatites Tunisie

Par -

said-aidiLe 5 mai dernier, Saïd Aïdi, ministre de la Santé, déclarait à la TAP  qu’e pour éradiquer l’hépatite C, une vaste campagne nationale allait être menée pendant les huit prochaines années.

Cette campagne se basera sur deux médicaments génériques conçus par Taha Pharma, un laboratoire tunisien et qui viennent d’obtenir l’autorisation de commercialisation.

Ce qui ne ravit pas vraiment l’association SOS hépatites Tunisie qui estime que ces produits sont impropres à la vente parce que non validés par la société mère.

Il faut savoir qu’un bras de fer est en cours de puis plusieurs mois entre l’association et le ministère de la santé.

En effet, en 2015, Gilead, un laboratoire américain avait décidé d’accorder la licence du sofosbuvir (traitement très efficace) à la Tunisie. Le hic, c’est que le prix du comprimé tourne autour de 1000 Dollars. Un traitement de 12 semaines reviendrait à 84 0000 Dollars et certains traitements doivent durer le double.

Jugeant le coût est prohibitif,  le ministère de la Santé avait décidé de rejeter l’offre de Gilead et avait lancé un appel d’offre à divers laboratoires afin qu’ils mettent au point un traitement plus accessible.

L’association ne décolère pas jugeant que ces traitements sont loin d’être aussi performants.

Pour Saïd Aïdi l’association refuse toute solution même moins onéreuse parce qu’elle est de mèche avec le laboratoire Gilead.

S.B

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo