La « 4 L » et les deux ailes

Tunis Hebdo |

Après la vieille « 4 L »
Laquelle a fait son temps
Notre gouvernement
Aurait bientôt deux ailes
Voilà une bonne nouvelle
Pour les braves citoyens
Qui n’espèrent plus rien
D’un vieux tacot tocard
Qui roule à vingt à l’heure
Et arrive en retard
Aux rendez-vous majeurs
D’autant que le chauffeur
Est un piètre conducteur
Qui n’connaît pas la route
Et de lui-même doute

***

Cette « 4 L » technocrate
N’a rien d’une « quat fois quat »
Que certains ont osé
Une fois nous suggérer
Elle n’a de cet engin
Ni vitesse ni entrain
Et c’est pour ça qu’elle traîne
Sur des routes incertaines
Et des pistes ensablées
Où elle ne peut avancer
D’autant que les voyageurs
Du chauffeur freinent l’ardeur
Et ne font rien pour l’aider

***

Demain grâce à deux ailes
Notre gouvernement
Avec l’appui du vent
Sera au septième ciel
Escorté de deux anges
Qui d’une lumière blanche
Montreront le chemin
Au pilote de l’avion
Quel que soit son nom
Car sans l’assistance
De ces anges gardiens
Aucun avion n’avance
Ni en mal ni en bien

***

Mais il y a un hic dans cet avion
Les ailes n’ont pas les mêmes dimensions
Avec une aile plus grande qu’une autre
L’équilibre risque de se rompre
Et le pilote devra souffrir
Pour décoller ou atterrir
Il devra avoir de l’étoffe
Pour éviter la catastrophe

***

Avant de vous passer le « slem »
Une dernière question se pose quand même
Gardera-t-on le chauffeur de la « 4 L »
Pour conduire la machine à deux ailes ?
Ou choisira-t-on un capitaine
Qui de l’aviation connaît les lois ?
Les questions me semblent vaines
Et les réponses incertaines
Car les deux anges décideront
Et les dieux du ciel consentiront

Adel LAHMAR

Commentaires: