Qui se souvient de la gazelle de Tunis, triple championne olympique en 1948 ?

Micheline Ostermeyer 3

Assurément, elle mériterait le surnom de gazelle de Tunis! A l’image d’une Habiba Ghribi aujourd’hui, cette athlète a fait ses armes à Tunis, auprès d’un père sportif et sur fond de Deuxième guerre mondiale.

Micheline Ostermeyer 1Une jeunesse tunisoise

Micheline Ostermeyer est née en France en 1922 mais a passé toute sa jeunesse en Tunisie. Musicienne de renom, cette jeune tunisoise a été révélée au monde lors des Jeux olympiques de Londres en 1948.

Elle est en effet la lauréate qui remporta deux médailles d’or (lancer de poids et lancer de disque) et une médaille de bronze (saut en hauteur). Micheline Ostermeyer est ainsi la première championne olympique française et, sans doute, ses médailles ont aussi un parfum de Tunisie.

Micheline Ostermeyer 2La postérité d’une athlète-artiste

Décédée en 2001, Micheline Ostermeyer est en effet un symbole de cette jeunesse du vingtième siècle. La légende veut que le soir de sa médaille d’or, elle ait donné un récital au piano !

Qui se souvient aujourd’hui de cette Tunisienne de cœur et, dans le même esprit, de ces tennismen italo-tunisiens qui avaient ébloui Roland-Garros ?

H.B.

Commentaires: