Quand une Tunisienne dirigeait la prière au treizième siècle !

Essayda Aicha el ManoubiaNée en 1193, disparue en 1276, Essayda Aicha el Manoubia a appris le Coran alors qu’elle était encore enfant. Née à Manouba, d’où son surnom, elle avait des dons et était réputée pour ses prodiges.

Erudite, Essayda el Manoubia secourait les démunis, défendait les plus faibles et était proche du petit peuple.

Le fameux Sidi Belhassen Chedli avait investi cette femme touchée par la grâce, devenue par ce fait une « kotba » (pôle) du soufisme tunisien.

Même les jurisconsultes de l’époque venaient écouter les avis très recherchés de Essayda Manoubia.

La mémoire populaire et les hagiographies de l’époque ont gardé l’image d’une sainte femme qui non seulement conduisait la prière mais priait au milieu des hommes dans la vénérable mosquée Zitouna.

C’était en Tunisie… Au treizième siècle… Et c’est la stricte vérité historique…

H.B.

Commentaires: