L’UGTT exhorte l’Etat à annuler une convention signée avec une société israélienne

L’UGTT exhorte l’Etat à annuler une convention signée avec une société israélienne

Par -
yassine-brahim-Lucia-Galbiati-ICL-Italy-israel - Nawaat
L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a publié, ce jeudi 3 mars, un communiqué en réaction à la classification du Hezbollah en tant qu’organisation terroriste.

Dans ce communiqué, l’UGTT dénonce avec virulence la résolution du Conseil des ministres de l’Intérieur arabe classant le Hezbollah libanais comme étant une organisation terroriste et exprime son opposition à cette résolution jugeant qu’elle constitue « une soumission au chantage sioniste et une attaque contre la lutte nationale ».

L’UGTT exhorte ainsi le gouvernement à revenir sur cette décision et à ne pas la respecter car elle implique la Tunisie dans des affaires qui ne servent ni les intérêts de l’Etat, ni ceux de la nation arabe.

ICL-Italy filiale d’un groupe israélien

Dans le même ordre d’idées, l’UGTT exhorte, par ailleurs, le gouvernement à annuler une convention signée avec la société italienne ICL-Italy pour la réalisation d’un projet de biocarburants. Cette convention a été signée vendredi 26 février 2016, par Yassine Brahim, ministre de l’Investissement et de la Coopération Internationale.

Or, Nawaat, avait apporté des précisions concernant l’identité de cette société italienne. « Présentée par le ministre comme une société italienne spécialisée en énergies renouvelables, ICL-Italy, n’est en fait qu’une filiale qui regroupe et fournit les produits de toutes les divisions de la société mère israélienne ICL dans le domaine de l’agriculture, l’industrie chimique, les additifs alimentaires, etc ».

Aujourd’hui, l’UGTT revient à la charge en appelant le gouvernement à annuler « la transaction passée avec la société sioniste d’énergies renouvelables estimant qu’il s’agit d’une forme de normalisation avec le sionisme ».

A.B.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo