Kairouan : Prison et bannissement contre 6 étudiants accusés d’homosexualité

mawjoudinSelon l’association Shams six étudiants du foyer de Rakkada, ont été condamné par le tribunal de Kairouan le 10 décembre dernier à 3 ans de prison pour homosexualité après avoir subi des test anaux en vue de prouver leur culpabilité.

Shams ajoute que l’un d’eux a été condamné à trois ans et demi de prison pour les mêmes raisons et pour attentat à la pudeur d’après des séquences vidéo trouvées par la police dans son ordinateur.

[pull_quote_center]Toujours d’après l’organisation qui milite en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie, le tribunal a aussi ordonné une mesure de bannissement de 5 ans de la ville de Kairouan contre les six accusés (Article 5 du Code pénal). Mesure qui entrera en vigueur après avoir purgé leur peine de prison.[/pull_quote_center]

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, Shams s’insurge contre « ce jugement injuste ; appelle la société civile à se mobiliser pour la libération des six détenues du foyer de Rakkada ; condamne l’utilisation de l’article 230 pour restreindre les libertés individuelles et l’immixtion dans la vie privée des citoyens« .

Une nouvelle affaire qui éclate après celle de Marwen, l’étudiant condamné à un an de prison ferme pour les mêmes faits. Il a ensuite obtenu la libération conditionnelle sous caution de 500 dinars et son procès a été ajourné au 17 décembre.

A l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme, le 10 décembre, l’association «Mawjoudin – We exist», a lancé une compagne de soutien aux homosexuels. La société civile, des artistes, des partis politiques et des organisations ont appelé à abroger l’article 230, jugé anticonstitutionnel.

Parmi les signataires, plusieurs célébrités, dont Raouf Ben Amor, Anissa Daoud, Sawsen Maalej, Fadhel Jaziri, Khemais Khayati, Nouri Bouzid, Salma Baccar, Mahmoud Chelbi, Zakia Hamada, Sana Ben Achour, Nabil Ayouch, Jalila Baccar…Et beaucoup d’autres.

A.B.


 

* L’Article 230 du Code Pénal prévoit que : « La sodomie, si elle ne rentre dans aucun des cas prévus aux articles précédents, est punie de l’emprisonnement pendant trois ans ».

Commentaires: