Le mufti de Tunisie appellera-t-il à une prière de l’absent ?

Mosquée de la Kasbah - Vittorio CarlucciCe vendredi, dans toutes les mosquées de Tunisie – sauf celle de Sidi Lakhmi à Sfax, souillée par une inutile passe d’armes entre des fidèles agressifs et un ministère qui est dans son droit, le mufti de la République ou bien le ministre des Affaires religieuses ou encore les deux de concert devraient appeler à une prière de l’absent à la mémoire de Mabrouk Soltani et aussi pour saluer celle des victimes innocentes tombées à Paris sous les balles du terrorisme criminel.

Cette prière de l’absent devrait avoir lieu, pour non seulement souligner notre proximité de toutes les victimes de la terreur mais aussi pour, pour dénoncer les bandes criminelles qui se drapent d’Islam pour perpétrer leurs forfaits sadiques et assassins.

Une prière de l’absent à la mémoire de toutes les victimes françaises, russes, libanaises, tunisiennes et autres serait la plus forte des réponses, au nom de la religion aux crimes de cet État qui se proclame islamique mais qui ne l’est en rien.

La décapitation de Soltani, les attentats terribles de Paris nous visent dans notre humanité et nous devons la revendiquer par un geste fort, un geste de concorde qui rende à l’Islam sa vérité et nous dissocie clairement et définitivement de ces terroristes qui sont aussi nos ennemis.

Je plaide pour que cette prière se tienne ce vendredi dans nos mosquées. Je plaide pour un moment de recueillement qui dise au monde notre sympathie et notre ferveur. Je plaide pour une simple prière pour dire non à cette barbarie qui déferle et dont pour le moment nous ne nous dissocions pas en la condamnant religieusement en les termes les plus vifs.

Puissent nos imams prêcher la bonne parole, la paix et la fraternité en ce vendredi qui arrive avant que nos larmes n’aient eu le temps de sécher…

H.B.

Commentaires: