Les premières traces de l’humanité en terre tunisienne

Les premières traces de l’humanité en terre tunisienne

Par -

 

hoggar gravure

Et si nous parlions préhistoire ? Et si nous remontions jusqu’à la nuit des temps pour retrouver les premières traces de l’humanité en terre tunisienne ?

Exercice aussi périlleux que passionnant ! Surtout, lorsqu’on sait que les préhistoriens avancent l’hypothèse qu’en Tunisie, l’homme serait apparu dès l’aube du Quaternaire, c’est à dire il y a plus d’un million d’années… De quoi nous donner le vertige !

De Gafsa à Sidi Zin

Il y a un million d’années, le climat tunisien aurait été tropical et les terres, peuplées par des rhinocéros et des éléphants vivant dans des savanes marécageuses.

A Gafsa et à Sidi Zin, près du Kef, plusieurs éléments attestent d’une présence humaine du temps du Paléolithique inférieur.

Plus tard, au Paléolithique moyen, le climat devient plus tempéré et aux savanes succèdent les forêts méditerranéennes.

Les hominidés de Feriana

C’est près de Feriana, dans le centre de la Tunisie, que l’on trouve des traces de cette première culture dite atérienne du nom du lieu-dit Bir El Ater.

Les premiers hominidés nord-africains font partie de deux civilisations successives : celle de Mechta El Arbi de haute taille et à la face très large et celle du Capsien dont le nom provient de Gafsa.

Ces premiers Méditerranéens étaient connus pour leurs escargotières, ces monticules artificiels, vestiges humains de cendres et d’ossements que nous nommons « ramadiya ».

Ils vivaient de chasse et de cueillette à travers un pays où dominaient l’acacia, les lions et les autruches.

Les tumulus des Protolybiens

Au quatrième millénaire, le Néolithique de tradition capsienne nous confronte à une ethnie nouvelle, celle des Protolibyens que l’on appellera plus tard les Berbères.

Ces Protolibyens menaient une existence nomade, produisaient des céramiques et des outils de bois ou de cuir.

Si leur culture est encore mal connue, leurs sépultures, les célèbres tumulus, amas de terre marquant l’emplacement de nécropoles préhistoriques, nous sont parvenues, tout comme les tombes mégalithiques de leurs successeurs.

L’entrée dans l’histoire

Faut-il, selon l’expression consacrée, répéter que ce sont les Phéniciens qui firent entrer la Tunisie dans l’histoire ? Oui et non car si les Tyriens venus de l’actuel Liban sont bien les fondateurs d’Utique et Carthage, les Numides et les Libyens ont aussi laissé des traces témoignant d’une entrée antérieure dans l’histoire.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo