Un TGV transmaghrébin reliant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie à l’étude

Un TGV transmaghrébin reliant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie à l’étude

Par -

Le directeur général de la Société Nationale des Transports Ferroviaires en Algérie (SNTF), Yacine Bendjaballah, a déclaré dans une interview accordée à Radio Algérie qu’une ligne TGV reliant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie était à l’étude.

127 milliards de dinars algériens

Une enveloppe de 127 milliards de dinars algériens, soit 2,5 milliards de dinars tunisiens, a été attribuée au projet en 2014, selon Yacine Bendjaballah.

Il a également déclaré que la STNF souhaite élargir son réseau pour atteindre 12.500 kilomètres à l’horizon 2025 à travers l’Algérie.

Le TGV maghrébin

Des études techniques ont déjà commencé en Algérie selon Yacine Bendjaballah :

Le projet est encore à l’étude et les travaux commenceront au Maroc pour s’étendre vers Alger et atteindre les frontières tunisiennes.

La Société Nationale des Transports Ferroviaires algérienne a par ailleurs déjà commandé 30 locomotives de transport de marchandises auprès de compagnies américaines, et 17 autres auprès de sociétés françaises.

Ce train à grande vitesse sera nommé le « TGV maghrébin ».

Plus de Libye dans le projet ?

A l’origine du projet, les ministres des Transports algérien, tunisien, marocain et libyen avaient imaginé, après une réunion en 2014, une ligne TGV qui relierait Tripoli à Casablanca en passant par les capitales tunisienne et algérienne.

Le projet devait être un train grande vitesse transmaghrébin pour « renforcer les liens transfrontaliers ». Mais la Libye, en proie à une forte instabilité politique, livrée aux milices et dirigée par deux Parlements et deux gouvernements rivaux, ne ferait plus partie du projet étant donné qu’elle n’a pas été mentionnée par le responsable de la SBFT.

Elodie Potente 

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo