Béji Caid Essebsi au Sénat français : Souvent « on confond islamisme et...

Béji Caid Essebsi au Sénat français : Souvent « on confond islamisme et islam »

Par -

BCE au SénatParis | Le président de la République Béji Caid Essebsi a été accueilli chaleureusement au Sénat par les députés français et à leur tête le président Gérard Larcher, ce mardi 7 avril.

Dès son entrée dans l’hémicycle du Sénat, Béji Caid Essebsi a été longtemps applaudi par les députés. Il était le premier chef d’Etat du monde arabe a y être accueilli.

« Jamais, en revanche un chef d’Etat venu du sud de la méditerranée, n’a été accueilli dans cette enceinte » a déclaré Gérard Larcher s’adressant à Béji Caid Essebsi avant d’ajouter : « tous vos prédécesseurs, Mr le Président, étaient des chefs d’Etats européens, vous êtes le premier chef d’Etat à la tête d’un pays appartenant au monde arabo-musulman à s’exprimer dans l’hémicycle du Sénat siégeant en séance solennelle. »

L’Islam « tunisien » est celui des réformateurs du 19ème siècle

Le président tunisien était accompagné au Sénat par Taieb Baccouche, ministre des Affaires étrangères et la ministre de la Culture Latifa Lakhdhar.

Il s’est ensuite exprimé devant les membres du Sénat sur la place de l’Islam en Tunisie, les difficultés que rencontre le processus de transition, les relations franco-tunisiennes et la jeunesse.

« L’islam « tunisien » est celui des réformateurs du 19ème siècle avec Khaeireddine Pacha et d’illustres figures féminines tel que Aziza Othmana et Fatma Fehri ainsi que des réformateurs sociaux à l’instar de Mohamed Ali Hammi et Tahar Haddad. A chaque fois, la Tunisie confiante en son identité et attachée à son héritage, a répondu par les mots et non par la violence mobilisant le génie face à l’obscurantisme. »

Ajoutant que le monde confond entre islam et islamisme : « Très souvent partout dans le monde on confond islamisme et islam. L’islamisme est un mouvement politique essentiellement, il instrumentalise la religion musulmane pour arriver au pouvoir en utilisant la force et la violence. »

La situation économique et sociale est en dégradation

Béji Caid Essebsi est revenu sur les difficultés économiques et sociales dont fait face la Tunisie avec notamment une situation qui s’est « dégradée » selon-lui, soulignant que la situation en Libye a influencé sur le pays.

« Les exemples historiques sont nombreux qui montrent que des révolutions échouent par la dégradation de la situation économique. A tout cela s’ajoute le prix très lourd que nous payons en raison de la situation en Libye. »

Le président de la République a également appelé à un soutien et à plus d’actions structurantes qui sont la formation et la réforme administrative, annonçant « la mise en place d’une nouvelle gouvernance régionale et locale », appelant par ailleurs à « une politique volontariste en matière d’échange, de partenariat et d’investissement fondée sur la complémentarité. »

Béji Caid Essebsi a conclu son discours en s’adressant à la jeunesse des deux pays déclarant que « la Tunisie continuera à jouer son rôle de pont entre les cultures, les continents, les religions, un pont entre les jeunesses d’Europe du monde arabe et d’Afrique ».

Béji Caid Essebsi au Sénat français
Béji Caid Essebsi au Sénat français

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo