Les élèves hospitalisés à Kasserine ont eu des symptômes bénins suite aux vaccins

Vingt-huit élèves de l’école primaire de la cité El Karma ont été admis à l’hôpital de Kasserine depuis la nuit du mardi 3 mars suite à des injections contre la rougeole, la rubéole, diphtérie, le tétanos et la poliomyélite dans le cadre de la visite médicale annuelle scolaire pour les vaccins de la 6ème année de base.

Le SAMU s’est déplacé sur place pour les emmener à l’hôpital. Ce matin des élèves ont eu de la fièvre, dépassant les 40 degré. Certains se seraient évanouis,  D’après Moncef Mahamdi,le sous-directeur des soins de santé de base à la direction régionale de Kasserine, il n’y a pas eu ni des cas de fièvre ni de coma.


 MAJ 16h15 : Selon Moncef Mhamdi, il y a eu des symptômes post-injections : Urticaire cutané, vertige, mal de tête et douleurs abdominale.

Il a aussi affirmé que la date de péremption a été vérifiée. « Pour les seringues de diphtérie, le tétanos, elles sont valides jusqu’à 2017, quant aux autres elles le sont jusqu’à 2016″, a-t-il affirmé. 

M. Mhamdi a ajouté que pour le lot de vaccins, « la chaine de froid a été respectée ». Quant à l’équipe, elle a bien manipulé les vaccins », a-t-il assuré.


 

Samu Kasserine

 

Selon notre correspondant à Kasserine, sept élèves sont actuellement au service de pédiatrie de l’hôpital et 21 élèves sont encore aux urgences suite aux effets secondaires de ces injections.

Nous avons contacté la direction de la santé régionale à Kasserine, mais il n’y avait pas de responsable, il aurait été limogé lors de la récente visite du ministre de la Santé Said Aydi à Kasserine et n’aurait toujours pas été remplacé.

Précisions du ministère de la Santé

Questionné sur la situation actuelle de ces élèves à l’hôpital de Kasserine, l’attaché de presse au sein du ministère de la Santé a infirmé cette information précisant qu’elle est erronée et que le ministère publiera un communiqué. « Il n’y a rien de cela, nous allons publier un communiqué à ce sujet », nous a-t-il déclaré au téléphone ce mercredi 4 mars.

Par contre, Rafla Tej Dellagi, directrice des soins et de la santé de base au ministère de la Santé nous a confirmé l’hospitalisation des élèves à l’hôpital de Kasserine, cependant elle n’a mentionné que 11 cas seulement.

[quote_box_center]

« 19 élèves, en tout, ont été vaccinés dans le cadre du vaccin de la 6ème année contre la rougeole et la rubéole, qui entre dans le cadre du calendrier national de la santé, mais 11 seulement ont présenté des manifestations bénignes mais il n’y a aucun danger. »

 

[/quote_box_center]

Elle a précisé que l’hospitalisation de ces onze élèves n’est pas liée à la date de péremption des vaccins, puisqu’ils sont valides jusqu’en 2017.

[quote_box_center]

« Ces élèves ont eu des signes d’urticaire cutanée, de vertige et de maux de tête. Le même lot de vaccins a été utilisé dans d’autres écoles mais il n’y a eu aucun cas de malaise. Six élèves ont été admis le soir de ce mardi 3 mars pour être mis sous surveillance puis ils sont rentrés chez eux. »

 

[/quote_box_center]

Pour le reste des élèves, Madame Dallagi a estimé qu’il y a eu une sorte de « panique » qui a fait que d’autres élèves se rendent à l’hôpital aujourd’hui. Elle nous a affirmé qu’elle a vérifié avec le médecin sur place et qu’il n’y aurait aucun problème médical sérieux.

Commentaires: