Des Tunisiens de Dhiba créent leur média « Dehibat 24 » à l’image de France 24

Dans une vidéo partagée ce dimanche, 8 février 2015, un homme crie face aux soldats qui veulent l’empêcher de filmer les affrontements avec les forces de l’ordre à Dhiba à Tataouine : « c’est mon droit d’accéder à l’information ! La constitution me le garantit ! »

Devenir média et revendiquer son droit d’accès à l’information !

Voici la transcription de la vidéo, partagée par la page facebook Dehibat 24 

[quote_box_center]

-« Regardez les hommes, … c’est mon droit ! C’est mon droit de filmer. C’est le droit du citoyen d’accéder à l’information ! C’est mon droit qui est garanti par la constitution ! »

-« Ecoute ! » interpelle le soldat l’homme à la caméra

-« T’es sérieux en disant ça ? » répond le soldat.

-« Oui, je le dis ! »

-« Tu vas enflammer la situation ! »

-« C’est mon droit dans la constitution, l’accès à l’information ! C’est mon droit C’est mon droit ! »

-« D’accord, d’accord Il a raison », abandonne le soldat.

-« Les médias ne sont pas venus ici . Nous nous devenons médias. Les médias ne sont pas venus, ne nous connaissent pas ! On n’appartient pas à la Tunisie ? Chaque chose qui se passe à la Marsa ou à Rades, ils courent (la couvrir), mais nous, on n’est pas considérés comme des Tunisiens ! Les médias ne viennent pas ! Alors c’est nous qui devenons les médias ! Nous ne faisons que payer les impôts …

[…]

Monde, regarde, un citoyen est ciblé par des balles réelles, de la chevrotine, des bombes à gaz, … Ils ne respectent ni petit, ni grand, ni malade.

Ça c’est la Tunisie, le peuple les a élus, des élections saluées par le monde entier. Après, ils récompensent le citoyen tunisien avec des balles, des bombes à gaz et de la chevrotine ! ça c’est la Tunisie ! ça c’est la Tunisie démocratique. »

[/quote_box_center]

A l’image de France 24

Cette vidéo, ainsi que les photos des blessés, des balles, a été publiée suite aux accrochages qui ont eu lieu, depuis ce samedi 7 février, entre les forces de l’ordre et des manifestants, dans la ville de Dhiba, située au sud de la Tunisie, à proximité de la frontière tuniso-libyenne et à 130 kilomètres de Tataouine.

L’homme qui a filmé la vidéo fait référence à l’article 32 de la nouvelle constitution tunisienne :

« L’Etat garantit le droit à l’information et le droit d’accès à l’information. L’Etat œuvre à garantir le droit à l’accès aux réseaux de communication. »

Fathi Ameur, l’un des manifestants, a critiqué les médias nationaux qui couvrent à peine les événements à Tatatouine, dans la délégation de Dhiba.

« Il n’y a que France 24 qui couvre vraiment ce qui se passe chez nous ! » nous a-t-il dit. « Nous avons crée la page facebook « Dehibat 24« , nous mettons toutes les informations là-bas ».

Avec le même logo que France 24, des manifestants ont crée ainsi leur propre média, depuis la révolution, en utilisant leurs téléphones et facebook pour relayer et critiquer le traitement sécuritaire face aux manifestations, en citant la constitution.

Dans cette photo, de Dehibat 24, un message ironique est adressé à ceux qui défendent « le prestige de l’Etat », (inscription en blanc), entourée de balles.

Dehibat 24
« Remerciements spécial au gouvernement tunisien pour sa générosité et ce qu’il a envoyé, comme grande quantité de balles réelles, de chevrotine et lacrymogène aux habitants désarmés de Dhiba »

 

Dehibat 24 ironie

 

 

Commentaires: