Elections présidentielles en Tunisie : La campagne des 27 candidats démarre le...

Elections présidentielles en Tunisie : La campagne des 27 candidats démarre le 1er novembre

Par -
candidats présidentielle. Tunisie.
Les 27 candidats à la présidentielle du 23 novembre 2014

Le 1er novembre, démarre la campagne pour les élections présidentielles en Tunisie. 27 candidats, 26 hommes et une seule femme, sont en lice pour la présidence dont certains sont connus du public pendant que d’autres sont complètement inconnus.

Après l‘éminence des quatre partis, Nidaa Tounes (85 sièges), Ennahdha (69 sièges), l’Union Patriotique Libre (16 sièges) et le Front Populaire (15 sièges), dans le nouveau parlement, la course au Palais de Carthage sera déterminante vu les prérogatives données au prochain président de la République.

Dans l’opacité des alliances, encore non déclarées, quatre jours après les législatives, étant donné la complexité des rapports, notamment entre islamistes, destouriens et démocrates, la prérogative de dissolution de l’Assemblée du peuple sera l’épée de Damoclès du futur président de la République. Rappelons qu’à maintes reprises, le parti Ennahdha a déclaré qu’il sera pour un/e président/e consensul/le.

De leur côté, les partis comme l’UPT, Al Jomhouri, Ettakatol, écartés lors des législatives, ont appelé ces derniers jours à s’unir pour choisir un candidat commun à soutenir face à la bipolarité des deux partis dominants, Nidaa Tounes, avec son chef Béji Caid Essebsi, lui aussi candidat à la présidentielle et Ennahdha qui optera pour un candidat dit « consensuel ». L’UPL et le Front populaire ont eux aussi leurs candidats respectifs, Slim Riahi et Hamma Hammami.

Par ailleurs, le parti d’Ettakatol a, lui même, son propre candidat, Mustapaha Ben Jaafer, et Al Jomhouri, Ahmed Néjib Chebbi. En outre, le président de la République actuel, Moncef Marzouki, est lui aussi candidat. Lors d’une interview dans lepoint Afrique, le président de Nidaa Tounes a appelé ce denier a abandonner ses fonctions par « éthique ». Le choix sera donc crucial pour les cinq années à venir.

Calendrier des élections présidentielles

  • 1er novembre : Démarrage de la campagne électorale pour la présidentielle
  • 22 novembre  : Jour de silence électoral
  • 21, 22 et 23 novembre  : Vote pour le 1er tour de la présidentielle à l’étranger
  • 23 novembre  : Vote pour le 1er tour de la présidentielle sur le territoire national
  • 26 novembre : Dernier délai pour la proclamation des résultats préliminaires du 1er tour de la présidentielle
  • 21 décembre : Dernier délai pour la proclamation des résultats définitifs du 1er tour de la présidentielle
  • 26, 27 et 28 décembre: Vote pour le second tour de la présidentielle à l’étranger
  • 28 décembre  : Dernier délai pour le vote du second tour de la présidentielle
  • 31 décembre  : Dernier délai pour la proclamation des résultats préliminaires du second tour de la présidentielle
  • 25 janvier 2015 : Dernier délai pour la proclamation des résultats définitifs de la présidentielle.

Rappel de prérogatives du prochain Président selon la Constitution

Selon l’Article 75 de la Constitution, « Le Président de la République est élu pour un mandat de cinq années, au suffrage universel, libre, secret, direct, intègre et transparent et à la majorité absolue des suffrages exprimés.

Dans le cas où cette majorité n’est pas obtenue au premier tour du scrutin, il est procédé à un second tour durant les deux semaines qui suivent l’annonce des résultats définitifs du premier tour. Les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix au premier tour se présentent au second tour.

En cas de décès de l’un des candidats lors du premier tour, ou de l’un des deux candidats au second tour, il est procédé à un nouvel appel à candidatures, avec de nouvelles dates pour les élections dans un délai ne dépassant pas les quarante-cinq jours. N’est pas prise en compte la démission au premier tour ou au deuxième tour.

En cas d’impossibilité de procéder aux élections à la date fixée pour cause de péril imminent, le mandat Présidentiel est prorogé par une loi.
Nul ne peut occuper le poste de Président de la République pendant plus de deux
mandats complets successifs ou séparés ».

Selon l’Article 76, le président de la République, « définis les politiques générales dans les domaines de la défense, des relations étrangères et de la sécurité nationale relative à la protection de l’Etat et du territoire national des menaces intérieures et extérieures et ce, après consultation du chef du gouvernement ».

Selon l’Article 77, le président de la République peut « dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple dans le cas prévu par la Constitution. Il n’est pas possible de dissoudre l’assemblée pendant les
6 mois suivant le vote de confiance du premier gouvernement après les élections législatives ou pendant les 6 derniers mois du mandat présidentiel ou parlementaire.

  • Présider le Conseil de la sécurité nationale auquel est convié le président du gouvernement et le président de l’Assemblée des représentants du peuple
  • Présider le haut commandement des forces armées,
  • Déclarer la guerre et la conclusion de la paix après approbation de l’Assemblée des représentants du peuple à la majorité des trois cinquième de ses membres, et l’envoi de forces à l’étranger avec l’accord du Président de l’Assemblée des représentants du peuple et le Chef du gouvernement. Toutefois, l’Assemblée doit se réunir pour en délibérer dans un délai ne dépassant pas les soixante jours à partir de la date d’envoi des troupes,
  • Prendre les mesures requises par la circonstance exceptionnelle, et la déclarer conformément à l’article 80,
  • Ratifier les traités et ordonner leur publication,
  • Décerner des décorations,
  • Le droit de grâce

Selon l’Article 78, « le Président de la République se charge par voie de décrets présidentiels de :

  • Nommer et la révoquer le Mufti de la République Tunisienne,
  • Nommer et révoquer dans les hautes fonctions publiques auprès de la présidence de la République et les établissements qui en dépendent. Ces hautes fonctions publiques sont déterminées par la loi.
  • Nommer et la révoquer dans les hautes fonctions militaires, diplomatiques et de la sécurité nationale, après consultation du chef du gouvernement, ces hautes fonctions sont déterminées par la loi.
  • Nommer le gouverneur de la Banque centrale sur proposition du Chef du gouvernement et après approbation de la majorité absoluedes présents à l’Assemblée des représentants du peuple. Il est mis fin à ses fonctions suivant la même procédure ou à la demande du tiers des membres de l’Assemblée des représentants du peuple et l’approbation de la majorité absolue des membres de l’Assemblée.

Selon l’Article 87, le Président de la République bénéficie de l’immunité durant la totalité de son mandat. Le Président de la République ne peut être poursuivi pour des actes effectués dans le cadre de l’exercice de ses fonctions.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo