En Algérie, la police algérienne manifeste pour la première fois … Et...

En Algérie, la police algérienne manifeste pour la première fois … Et veut un syndicat

Par -
La police algérienne lance un "Dégage" à leur chef
La police algérienne lance un « Dégage » à leur chef

Comme en Tunisie, un certain 21 janvier 2011, où la police a osé manifester après la fuite de Ben Ali, depuis mardi hier 14 octobre 2014, des centaines de policiers algériens ont manifesté à Alger devant la présidence dans la commune de Mouradia mais aussi dans les villes d’Oran et de Constantine. Leurs revendications sont d’abord la démission de leur chef de la sûreté nationale, Abdelghani Hamel et puis l’amélioration de leurs conditions de travail. Un « Dégage » à la tunisienne a été lancé contre leur chef.  

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a été poussé à rencontrer les représentants des manifestants pour « prendre conscience des difficiles conditions dans lesquelles ils travaillent » rapporte le journal algérien Al Watan.

 En live blogging, le journal rapporte aussi que,  dans une déclaration à la télévision, Sellal a annonce la tenue d’une réunion interministérielle pour étudier les revendications matérielles des policiers.

Dans la journée, vers 13h,  le directeur des ressources humaines au ministère de l’intérieur, Abdelhalim Merabti a déclaré aux journalistes présents sur place qu’une rencontre a eu lieu avec une délégation de policiers ce matin. Selon lui le ministère n’a rien de plus à donner aux manifestants, tout en disant qu’il n’est pas contre la création d’un syndicat. Concernant la revendication du départ d’El hamel, le DRH dit que ce n’est pas une prérogative du ministre de l’Interieur.

Pour plus d’information, rendez-vous au site Al Watan 

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo