Élection présidentielle : Une dizaine de députés ont parrainé à leur insu Fethi Krimi, un agent de police

ANCÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2014 | Une dizaine d’élus ont appris ce lundi 13 octobre que leur nom et leur numéro de carte d’identité nationale figuraient dans la liste de parrainages de Fethi Krimi, agent de police, dont le dossier de candidature pour la présidentielle a été rejeté par l’Isie.

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a publié hier, dimanche 12 octobre, les listes de parrainages de députés fournies par 14 candidats lors du dépôt des dossiers de candidature à l’élection présidentielle.

Parmi ces listes, celle d’un certain Fethi Ben Khemais Krimi, dont le dossier de candidature a été rejeté par l’Isie, pose problème. D’après Lassaad Ben Ahmed, chargé des médias auprès de l’ISIE, « Fethi Krimi n’avait même pas la qualité d’électeur, puisque sa profession est agent de police ».

Surtout, ses supposés « parrains » disent tous ne pas le connaître, et affirment qu’ils ne lui ont jamais donné leur signature ni leur numéro de carte d’identité.

Leur numéro de carte d’identité nationale utilisé sans leur accord

« Nous n’avons pas accepté le dossier de M. Krimi car il ne comportait pas les signatures des élus » et parce qu’il n’avait pas la qualité d’électeur, en tant qu’agent de police, nous explique Lassaad Ben Ahmed. En revanche, sa liste de parrainages comprend les noms et les numéros de carte d’identité nationale (CIN) des députés. »

En effet, pour être valide, un dossier de parrainage doit comprendre trois éléments : le nom, le numéro de CIN et la signature du parrain. Les numéros de CIN des onze élus figurant dans les parrainages de Fethi Krimi auraient donc été utilisés à leur insu.

Des doublons suspects qui attirent l’attention

Ce sont des doublons suspects qui ont attiré notre l’attention sur la liste de parrainages de Fethi Krimi. En effet, on trouve dans les données publiées par l’Isie cinq doublons, alors que la loi électorale interdit le parrainage de plus d’un candidat.

Et ces doublons concernent les députés Ibrahim Gassas, Skander Bouallegui, Mohamed Néji Gharsalli, Foued Thameur et Chafik Zorguine, qui figurent tous dans le dossier de parrainage déposé par Fethi Krimi.

Ainsi, Ibrahim Gassas aurait parrainé à la fois Arbi Nasra et Fethi Krimi.

« Ce n’est pas vrai, je n’ai pas parrainé Fethi Krimi, j’ai seulement parrainé Abri Nasra ! », nous affirme le député, joint par téléphone ce lundi 13 octobre.

« Je suis allé à l’Isie, j’ai rencontré monsieur Chafik Sarsar aujourd’hui. Et je leur ai dit « Comment publiez-vous une liste sans avoir vérifié si j’ai bien signé pour cet homme ? » », raconte-t-il.

« Je ne connais pas ce Fethi Krimi! »

Même discours du côté de Chafik Zorguine : « Je ne connais pas ce Fethi Krimi ! », assure le député.

Nous avons donc tenté de contacter l’ensemble des onze députés dont les noms se trouvent sur la liste de parrainages de Fethi Krimi, qu’il y ait doublon ou pas, à savoir :

  • Chafik Zorguine
  • Skander Bouallegui
  • Mohamed Lotfi Ben Mesbah
  • Abdelkader Ben Khemais
  • Foued Thameur
  • Mohamed Neji Gharsalli
  • Abdelmonem Krir
  • Habib Harguem
  • Mohamed Karim Krifa
  • Ibrahim Gassas
  • Badreddine Abdelkefi

Et les dix députés sur onze que nous avons eu au téléphone – Foued Thameur était injoignable – nous ont affirmé la même chose : ils n’ont jamais entendu parler de Fethi Krimi. Une grand nombre d’entre eux affirmait également ne pas être au courant de cette affaire jusque-là.

« Il a utilisé mon nom sans autorisation ! », s’insurge Skander Bouallegui, hésitant entre colère et dégoût. « C’est malheureux », soupire Abdlekader Ben Khemais d’un ton consterné. « Cette personne a triché ! », s’énerve quant à lui Habib Harguem.

Poursuites judiciaires contre Fethi Krimi

Fethi Krimi a-t-il pu utiliser sa profession d’agent de police pour accéder aux données personnelles et aux numéros de CIN des élus ? « Je ne peux pas le dire », répond le chargé des médias de l’Isie, qui ajoute :

« L’Isie a fait son travail en refusant le dossier de ce monsieur, poursuit Lassaad Ben Ahmed, et notre mission s’arrête à l’administratif. En revanche, les députés qui le veulent peuvent aller chercher une copie du dossier de parrainage de M. Krimi à l’Isie et faire le nécessaire auprès de la justice. »

Tous les députés que nous avons contacté nous ont annoncé leur intention de porter plainte, sauf le député Mohamed Gharsalli, qui voudrait consulter d’abord son parti avant de le faire, Habib Harguem, qui nous a répondu qu’il « le ferait s’il en a le temps », et Mohamed Lotfi Ben Mesbah qui affirme que « cela ne l’intéresse pas ».

Pour l’élu Mohamed Lotfi Ben Mesbah : « Tout ça vient d’un problème d’organisation de l’Isie. S’ils avaient exigé des signatures légalisées plutot que de simples signatures, ce genre de choses n’arriverait pas ».

À noter que Fethi Krimi, de son côté, a déposé un recours auprès du Tribunal administraitf suite au rejet de son dossier par l’Isie. Son recours a été refusé pour vice de forme, a annoncé à le 10 octobre à l’agence TAP Fadhel Mkaouar, chargé de la communication au Tribunal administratif.

Commentaires: