Taieb Baccouche : « La priorité va aux élections législatives »

Taieb Baccouche : « La priorité va aux élections législatives »

Par -
Taïeb Baccouche - photo (melekher.com)
Taieb Baccouche, secrétaire général de Nidaa Tounes

Taieb Baccouche, secrétaire général du mouvement Nidaa Tounes estime qu’aujourd’hui, les élections les plus importantes demeurent les législatives par rapport à la présidentielle pour laquelle 69 candidats se sont présentés. A ce propos, M. Baccouche y voit une manière de réduire les chances de certains candidats.

C’est ce qu’il a indiqué dans une interview accordée le 23 septembre à Al Shoruq Al Arabi dans laquelle il analyse la situation de Nidaa Tounes.

Les législatives plus importantes que la présidentielle

La vision qu’a le mouvement Nidaa Tounes pour la Tunisie est tributaire des futures échéances électorales, d’après les propos de Taieb Baccouche :

« Aujourd’hui, les élections les plus importantes sont les législatives parce que le parti qui obtiendra la majorité, seul ou avec ses alliés, sera amené à former un gouvernement qui est le premier pouvoir exécutif d’un point de vue des prérogatives et ce, conformément à la Constitution »

Le grand nombre de candidats à la présidentielle va éparpiller les voix

En ce qui concerne l’élection présidentielle pour laquelle 69 candidats se sont présentés, M. Baccouche a un avis assez amer :

« Je ne veux pas porter de jugement sur les intentions de certains candidats, mais ce que je peux dire c’est que certaines candidatures manquent de sérieux pour ne pas dire qu’elles sont absurdes. (…) Il y a une certaine velléité à éparpiller, disperser les voix (des électeurs) et par conséquent de réduire les chances de certaines candidatures sérieuses ».

Son avis sur le paysage politique actuel

Interrogé sur ce qu’il pense du paysage politique tunisien actuel, Taieb Baccouche répond : « C’est un phénomène négatif. Le paysage actuel est complexe en raison du nombre important de partis (environ 200), de listes électorales (plus de 1400) et du nombre de candidats à la présidentielle (69). Ce phénomène est la résultante d’une vie politique récente, du multipartisme et de la démocratie. Mais, ça va se décanter et se stabiliser graduellement et on va aller vers plus de clarté ».

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo