Aide militaire de 60 millions de dollars à la Tunisie par l’US Africom : prêt ou don ?

US africom
David M. Rodriguez, chef du Commandement militaire américain pour l’Afrique (US Africom) Crédit photo : fb gouv Tn

Le général David M. Rodriguez, chef du Commandement militaire américain pour l’Afrique (US Africom), a annoncé une aide militaire de 60 millions de dollars à la Tunisie à partir de 2015. Il a aussi rappelé que l’aide fournie par Washington à l’armée tunisienne, depuis janvier 2011, a été de 100 millions de dollars, rapporte la page Facebook officielle du gouvernement tunisien.

C’est lors d’une réunion qui a eu lieu ce mardi 26 août, à la Kasbah de Tunis, entre Mehdi Jomâa, chef du gouvernement, le général David M. Rodriguez, chef du Commandement militaire américain pour l’Afrique (US Africom) et Jacob Walles, l’ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie, que cette annonce a été faite.

Le général David Rodriguez a indiqué, toujours d’après la page Facebook du gouvernement tunisien, qu’il a été question, lors de cette réunion, d’intérêt commun entre les deux pays, confrontés au terrorisme et à la menace d’Al Qaida d’où l’importance d’une action conjointe pour traiter et éliminer le terrorisme. 

Equipements et assistance médicale

Cette aide militaire supplémentaire des Etats-Unis sera allouée pour que l’armée tunisienne s’équipe en matériel de détection des bombes artisanales et engins explosifs ainsi que de nouveaux navires pour la marine tunisienne.

Ces forces navales auront pour tâche le ratissage des côtes dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Une assistance médicale d’urgence sera également délivrée aux soldats tunisiens blessés au cours d’opérations. Des cours de formation seront assurés dans le cadre de cette coopération militaire entre les deux pays. Aucune mention d’un renforcement des moyens de renseignements n’a été indiquée par le gouvernement tunisien.

L’US Africom, qui marque sa deuxième visite en Tunisie après celle de novembre 2013, est un commandement en charge de l’Afrique qui a été créé en 2007 par le Pentagone. Sa mission est de lutter contre le terrorisme sur le continent africain. Une lutte qui s’accompagne d’exercices et de programmes conjoints, renforcés par des moyens de renseignement et une aide qui se traduit par l’envoi de conseillers « militaires », voire la fourniture de matériel.

Plan d’ « aides américaines » à des pays africains

Dans ce contexte, la Tunisie, fait partie avec le Ghana, le Kenya, le Mali, le Niger, et le Nigeria, des pays qui vont bénéficier d’un nouveau plan d’aide visant à « mieux garantir leur sécurité ».  Lors du sommet Etats-Unis-Afrique (du 4 au 6 août 2014),  le président américain, Barack Obama a affirmé dans sa présentation de la Security Governance Initiative (SGI) qu’une enveloppe de 65 millions de dollars sera débloquée sous forme d’initiative destinée à faire face aux défis sécuritaires.

«Les Etats-Unis vont accélérer leur aide à six pays en Afrique pour leur permettre de mieux assurer leur sécurité, et vont en aider six autres à créer une force de réaction rapide de maintien de la paix», avait annoncé Barack Obama le 6 août dernier.
«Le Kenya, la Tunisie, le Mali, le Nigeria, le Niger et le Ghana vont bénéficier d’un nouveau plan d’aide de Washington pour mieux garantir leur sécurité. Il s’agira notamment d’aider ces pays à continuer à mettre sur pied des forces de sécurité solides et professionnelles qui puissent les aider à assurer eux-mêmes leur sécurité », a-t-il précisé.

Dans les années suivantes, les États-Unis fourniront un financement additionnel proportionné aux besoins du programme et selon son élargissement à d’autres pays.

Aide ou prêt ? Pas de réponse du gouvernement !

Washington va consacrer 65 millions de dollars à cette initiative la première année, et fera ensuite régulièrement le point sur les besoins, précise un document de la Maison Blanche. Ce document insiste aussi sur le fait qu’il s’agira de former des forces de sécurité qui seront capables « de protéger les civils et de faire face aux défis et aux menaces avec intégrité et en toute transparence ».

Toutefois, il n’est pas précisé si les 60 millions de dollars, annoncés ce mardi par le général David Rodriguez, seront alloués à titre d’aide ou de prêt. Tout comme il n’a pas été précisé dans le communiqué de la Présidence du gouvernement si cette enveloppe est en rapport avec celle réservée par la Security Governance Initiative (SGI) et annoncée par le président des Etats-Unis. Nous avons voulu en savoir plus mais nos appels vers Mofdi Mseddi, l’attaché de presse de la primature, sont restés sans réponse.

Commentaires: