Le soutien à Azyz et Sabri, «un combat contre un système»

Le soutien à Azyz et Sabri, «un combat contre un système»

Par -

Interpellés, agressés et arrêtés, hier soir, le bloggeur Azyz Amami et le photographe Sabri Ben Mlouka, ont mobilisé la société civile, qui s’est rassemblée en fin d’après-midi à l’espace Al-Hamra. Journalistes et activistes sont venus exprimer leur soutien à Azyz et Sabri, et organiser les actions à mener en ce sens.

Soutien Azyz - Sabri (credit photo - Alexandra Wicksell)
Mobilisation devant le ministère de l’Intérieur où des dizaines de personnes ont exprimé leur soutien à Azyz et Sabri (crédit photo – Alexandra Wicksell)

Au total, une cinquantaine de personnes se sont regroupées, selon la journaliste Lilia Weslaty. Côté politiciens, les députées Karim Souid et Nadia Chaabane était là. Les présents ont écouté à plusieurs reprises l’intervention de Azyz Amami sur le plateau de Labès. Une intervention qui lui aurait coûté cette arrestation selon plusieurs de ses amis.

Après une brève intervention du père de Azyz, Khaled Amami, qui a assuré avoir vu son fils aujourd’hui aux alentours de 13h30 et a insisté sur le fait que ni lui ni Azyz ni Sabri n’ont signé quoi que ce soit, ajoutant que son fils insiste pour transmettre le message de ne pas dévier des buts de la révolution.

Les avocats Abdennaceur Laouini et Bassem Trifi ont également pris la parole et ont plaidé pour que la loi 52 (sur les stupéfiants) change le plus rapidement possible. Rappelons qu’Azyz et Sabri sont soupçonnés de consommation de Stupéfiants.

Des accusations que réfute le bloggeur, par la voie de son avocat. Maître Laouini estime aussi «qu’il y a une instrumentalisation évidente des lois et que son combat sera désormais pour Azyz, lui le symbole du mouvement populaire». «C’est un combat contre un système» a-t-il ajouté.

Lors de son intervention, la députée Nadia Chaabane a lancé, comme pour mieux symboliser ce soutien qu’elle aussi avait incendié un poste de police !

Après ce rassemblement, les présents ont pris la décision de se diriger vers le ministère de l’Intérieur afin de manifester devant le bâtiment. A l’heure où nous écrivons ces lignes, une centaine de personnes sont en train de manifester.

Commentaires: