Quand l’Armée roule à l’essence de contrebande !

On aurait du mal à y croire n’eut été cet instantané prenant en flagrant délit un cadre du ministère de la Défense acheter de l’essence de contrebande pour le véhicule de fonction qu’il utilise aux frais du contribuable.

Militaire qui achete essence clandestin (credit photo - @MouNej)
Un cadre du ministère de la Défense nationale se procurant de l’essence de contrebande : la photo a enflammé les réseaux sociaux (crédit photo – @MouNej)

Généralement, les véhicules confiés aux cadres et hauts fonctionnaires ont leur lot de bons d’essence. Que fait donc ce fonctionnaire en train d’acheter de l’essence à bon marché et pas toujours de bonne qualité ?

Faisant fi des complications qui pourraient toucher le moteur de (sa) voiture, ce «consciencieux» cadre n’en a cure puisqu’au moindre pépin on lui en procurera une toute neuve. L’important est de pouvoir réaliser une bonne marge en revendant les bons d’essence. Le carburant, quant à lui, peut se trouver à des prix imbattables chez les trafiquants.

Au grand désespoir des Tunisiens et de ce pays, cette photo symbolise à elle seule les fléaux qui nous frappent : un cadre de l’armée versant du carburant de trafiquant pour pouvoir profiter de bons d’essence que son administration lui offre pour son confort. L’économie est empêtrée dans les pires difficultés à cause de la corruption et du trafic. Cet anonyme qui symbolise l’Armée nationale, fait à lui seul tomber le château de cartes.

Au ministère de la Défense Nationale de clarifier désormais la situation, la photo, publiée par Rym Ben Nasr, hier… et la plaque minéralogique bien visibles se passant de tout commentaire.

Commentaires: