Sousse se débarrasse de ses étalages anarchiques

etalsA partir du mercredi 23 avril prochain, tous les étalages anarchiques et vendeurs ambulants seront interdits dans la ville de Sousse. Cette décision a été prise, hier, par la délégation spéciale de la municipalité de Sousse suite à la multiplication des plaintes des commerçants et face à l’extension du phénomène du commerce parallèle qui est devenue une menace permanente contre leurs sources de revenus, selon un communiqué rapporté par l’agence TAP.

Ledit communiqué annonce qu’à partir du 23 avril 2014, la municipalité n’autorisera plus les étalages anarchiques ou vendeurs ambulants, dans les espaces public de la médina et à Souk Lahad «hors des journées réservées au marché», ainsi que devant la mosquée de Sousse, sur l’avenue du 20 mars à la cité Jawhara, devant la polyclinique de la Caisse nationale de sécurité sociale à Khezama ouest, dans les quartiers Souiss, El Aouina, Erriadh et Bouhsina et à la station des louages à Taffala.

Les contrevenants risquent de voir leurs marchandises saisies et d’être poursuivi en justice, et ce afin de préserver l’esthétique de la vieille Médina et de la ville de Sousse en général, met en garde la municipalité qui rappelle qu’elle a tenté, à maintes reprises, par le passé d’interdire à ces commerçants anarchiques d’exposer leurs marchandises sur la voie publique et à l’entrée de la Médina, pour les déplacer dans un espace que le gouvernorat leur avait réservé, à Bab Bhar, mais en vain.

Le nombre des commerces anarchiques ayant proliféré en particulier aux entrées de la Médina, donnant un spectacle désolant avec notamment une grande quantité de déchets, la ville de Sousse ne fait pas exception. A Tunis, les étalages anarchiques se sont également multipliés malgré les interdictions et la municipalité reste impuissante face aux vendeurs ambulants à quelques jours de l’ouverture de la haute saison touristique.

Commentaires: