En marge de ESS-CSS : Quand la violence tend dangereusement à se singulariser

Stade SousseMalheureux football tunisien qui ne cesse, semaine après semaine, de sombrer dans les abîmes de la violence. Le Championnat de Ligue 1 touchant à sa fin, les rencontres sont devenues de véritables guerres de tranchées. Et si ce n’est pas sur le terrain que les joueurs se chamaillent entre eux ou s’en prennent à l’arbitre, c’est sur les gradins que l’on peut dès lors assister à de tristes spectacles dont nous sommes, en fin de compte, désormais habitués.

Les scènes de violence d’hier au stade olympique de Sousse lors du match entre l’Etoile Sportive du Sahel et le Club Sportif Sfaxien ont choqué. Or ces scènes sont devenues ordinaires dans notre paysage footbalistique. Un but encaissé par l’équipe locale aura chamboulé toute la donne et conduit à tous les débordements.

Triste football qui n’échappe pas à la règle de ce qui se passe réellement en Tunisie. L’absence de sanctions et de mesures draconiennes, la présence de personnes n’ayant aucun rapport avec le sport, des mentalités figées… font que la catastrophe était quasiment inévitable. Mais le jour où un drame surviendra on se demandera alors pourquoi nous en sommes arrivés là.

Les clubs ont crié au scandale lorsqu’on a refusé de faire revenir le public dans les stades. Les événements de Sousse nous montrent que personne n’a retenu la leçon. Un malheureux petit but a transformé l’Olympique de Sousse en un stade saccagé. Des supporters sa battant entre eux, d’autres se faisant tabasser par les forces de l’ordre. Dans cette confusion totale où gaz lacrymogène se mêlait avec jets de pierres, le football, grand perdant, est devenu un jeu dangereux.

En Tunisie est-on réellement prêts à rouvrir les gradins aux supporters ? Les hooligans n’ont pas laissé passer l’occasion de s’illustrer dans le mauvais sens du terme et ont gâché la fête à ceux qui étaient venus assister à un simple match de football. Et dans cette confusion générale, l’intervention musclée des forces de l’ordre n’a pas laissé les Tunisiens indifférents ni ces hooligans qui n’attendaient d’un «faux-pas» de leurs ennemis de toujours.

Cette violence policière y est épinglée et les confrontations entre forces de l’ordre et des supporters étoilés dedans et aux abords du stade choquent. La police était-elle débordée pour réagir de la sorte ? «Rien n’explique une telle violence», commentent dans leur ensemble les internautes sur les réseaux sociaux. Réseaux qui ont, au passage, annoncé le décès d’un supporter. Le ministère de l’Intérieur, a d’ailleurs immédiatement démenti.

Dans ce brouhaha, le sport a finalement disparu. L’Espérance, désormais à 3 points du titre ; le Club Africain ; le bas de tableau ; tout a été relégué au second plan ! Car aujourd’hui, la Ligue 1 – la Ligue 2 étant logée à la même enseigne -, est devenue une compétition où tous les excès passent inaperçus, la FTF et la Ligue n’ayant gardé qu’un seul courage, celui de distribuer des amendes.

————————–

Cette vidéo prise hier au stade olympique de Sousse comporte des scènes et des mots obscènes susceptibles de choquer

Commentaires: