Nidaa Tounes : des solutions dans l’immédiat, des performances sur les moyen...

Nidaa Tounes : des solutions dans l’immédiat, des performances sur les moyen et long terme et pas un mot sur la gouvernance !

Par -

Nidaa TounesFinalement, le programme économique et social de Nidaa Tounes a été rendu public après plusieurs mois d’attente, et ce, lors d’une conférence de presse tenue hier à Tunis. Slim Chaker, expert en économie et membre du bureau exécutif du Parti, a présenté les piliers de ce programme et les orientations stratégiques qui le sous-tendent.
A première vue, le programme n’a rien de particulier par rapport à d’autres projets proposés par la majorité des autres partis politiques qui promettent des solutions aux problèmes du chômage, de la pauvreté et de la croissance économique. Il s’appuie, globalement, sur le développement régional à travers la décentralisation, la déconcentration et l’incitation aux investissements dans les gouvernorats de l’intérieur du pays. Il prévoit la reforme du système bancaire pour satisfaire aux besoins du marché et la refonte du système éducatif en tablant sur la qualité de la formation dispensée et la réhabilitation de la formation professionnelle pour faciliter l’accès à l’emploi. Sur le plan social, le programme vise la promotion des ressources humaines, l’amélioration de la qualité de la vie et le bannissement des discriminations au niveau des droits sociaux et économiques.

Ce programme est presque le même que celui annoncé par d’autres partis qui consacrent beaucoup de moyens et mobilisent pendant des mois et des mois des experts pour puiser dans les sentiers battus et rabâcher les mêmes idées éculées. Développement régional, reformes libérales, ouverture sur le monde développé et bien d’autres projets ambitieux ont été depuis les années 80, voire le milieu des années 70, les maîtres-mots du discours officiel des hommes politiques qui promettent monts et merveilles. Il ne manquait plus que la reforme fiscale pour que le programme proposé soit une redondance.

Le paradoxe est que ceux qui soutiennent pareils programmes n’abordent pas ou du moins pas suffisamment, la problématique de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption. Sachant, en effet, que la mauvaise gestion et les malversations sont à l’origine d’énormes pertes pour la collectivité publique, aucun programme aussi pertinent et rationnel soit-il ne peut atteindre les objectifs escomptés en l’absence d’une politique efficace de lutte contre la corruption. Doit-on dire qu’ils appréhendent la réaction des gens corrompus parmi les hommes d’affaires et les détenteurs de capitaux qui pourront se désengager ou qu’ils ne donnent pas d’importance à ce phénomène qui est pourtant très dangereux sur les facultés de croissance.

Après exposé des axes du programme, Ridha Ben Othmane, expert en économie et membre de l’équipe de pilotage du programme économique et social, a annoncé la mise en place de nouveau projets de nature à optimiser le revenu national et à booster la croissance. A ce titre, a-t-il poursuivi, le programme de Nidaa Tounes vise à instaurer un modèle de croissance qui permet d’optimiser les ressources et de les affecter à bon escient et qui favorise la promotion de créneaux de développement prometteurs.

Il a indiqué, par ailleurs, qu’en vertu du programme proposé, la Tunisie serait capable de réaliser un taux de croissance entre 7 à 7,5% durant les deux décennies à venir et le chômage pourra reculer de 16 à 11 % pour les cinq prochaines années et se stabiliser à 6 % dans 10 ans.

Commentaires: