Abou Iyadh et Kamel Kadhgadhi se seraient rendus à Jebel Chaâmbi, selon...

Abou Iyadh et Kamel Kadhgadhi se seraient rendus à Jebel Chaâmbi, selon le terroriste arrêté la veille de l’Aid

Par -

Mohamed habib Amri (photo - Attounissisa)Le chef djihadiste Abou Iyadh et le présumé assassin de Chokri Belaid Kamel Kaghgadhi, tous deux recherchés depuis des mois par les forces de sûreté se sont-ils rendus à Jebel Chaâmbi ? C’est du moins ce qu’affirmerait Mohamed Habib Amri, un des terroristes, arrêté la veille de l’Aid, selon e journal Attounissia dans son édition d’aujourd’hui.

Attounissia qui cite des sources sécuritaires, rapporte d’abord que Mohamed Habib Amri, 23 ans et originaire de Foussana (Gouvernorat de Kasserine), est un ancien délinquant qui a rejoint le maquis fin 2011. En guise d’entraînement, il se serait rendu au Mali dans le cadre du djihad avant de revenir en Tunisie et gagner le Mont Chaâmbi.

Impliqué dans le massacre des huit soldats martyrs, le 29 juillet dernier, il a été arrêté le 7 août par les unités de la Garde nationale et de la brigade anti-terroriste, averties au préalable par un citoyen.

Lors de son interrogatoire, il aurait avoué avoir planifié une opération contre le poste de la Garde nationale de Foussana en compagnie de trois autres terroristes. Mais il aurait également et surtout déclaré qu’Abou Iyadh, leader de la mouvance salafiste djihadiste d’Ansar Achariaâ se serait rendu à Jebel Chaâmbi incognito pour rendre visite aux terroristes. Une visite récente, il y a deux semaines, et effectuée à l’aide d’une motocyclette.

Mohamed Habib Amri a également indiqué la présence de Kamel Kadhkadhi au Chaâmbi. Le présumé assassin de Chokri Belaid, activement recherché, serait même encore caché à Jebel Chaâmbi, selon le terroriste arrêté.

Attounissia rapporte d’autres éléments comme les détails de l’embuscade qui a visé les huit soldats et leur massacre. Il indiquerait, selon le journal, que seize terroristes ont exécuté cette opération au cours de laquelle cinq militaires ont été égorgés.

Lors de ses aveux Mohamed Habib Amri aurait également indiqué que les terroristes composés de plusieurs groupes de nationalités différentes sont soutenus par des cellules actives à la cité Ezzouhour de Kasserine. Des cellules qui ont vu plusieurs de leurs membres se faire arrêter au cours des derniers jours.

Une Attounissisa 11-08-2013

Commentaires: